rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
Invité Afrique
rss itunes deezer

Mgr Ambongo: «Mon choix est une reconnaissance du travail de l’épiscopat congolais»

Par Geneviève Delrue

Ce samedi 5 octobre à 16 heures, un consistoire va créer 13 nouveaux cardinaux, parmi lesquels l'archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo Besungu, l'une des figures de la transition pacifique en RDC. Entretien.

RFI : Comment interpréter le choix du pape François de vous élever au rang de cardinal ? Est-ce un message pour le peuple congolais est-ce, aussi, un message pour toute l’Afrique ?

Fridolin Ambongo : C’est difficile d’interpréter la volonté d’un pape mais je crois que mon choix est un message. Premièrement, c’est une reconnaissance de l’orientation pastorale, qui est celle de l’épiscopat congolais à côté de son peuple, un peuple qui souffre. Je crois que c’est une reconnaissance du travail de l’épiscopat congolais, mais en même temps, aussi, de mon engagement personnel, en tant que pasteur, pour cette cause. Au-delà du Congo, je pense que c’est un message pour l’Afrique. C’est pour dire : « C’est dans cette direction que l’Église d’Afrique doit aller ».

Une Église auprès du peuple, qui s’engage aussi en politique ?

Une Église qui a pris parti pour son peuple, notamment un peuple qui souffre, et qui porte la voix de son peuple dans son combat pour plus de dignité.

Comment interpréter la présence du président Félix Tshisekedi à votre élévation au rang de cardinal à ce consistoire ?

Je félicite le président Félix, qui a pris la décision de lui-même, à Kinshasa, qui sera là. Et je crois qu’il tiendra sa parole. Je ne peux que saluer. Et pour moi c’est un bon signe, qui indique que demain nous devons collaborer, et le président de la République - c’est-à-dire l’État congolais - et l’Eglise catholique à travers son cardinal, à travers l’épiscopat congolais, pour le bien général du peuple congolais.

Est-ce que cela veut dire que, en devenant cardinal, vous allez avoir plus de poids, plus d’autorité, que votre parole va encore porter plus loin et plus fort ?

Je le souhaite de tout cœur.

Cela fait huit mois que le président est arrivé. Quel va être le rôle de la Conférence épiscopale du Congo (Cenco) aujourd’hui ?

Je crois que la Cenco va continuer avec sa ligne pastorale qui remonte déjà à très loin - parti pris pour le peuple - et tant que le peuple congolais souffrira comme il souffre aujourd’hui, la Cenco ne l’abandonnera pas.

Quelle est votre position ? Est-ce que vous considérez qu’il faut aller de l’avant, faire table rase des événements douloureux ?

Nous pensons que le rôle de l’Eglise, c’est d’aider le peuple à regarder vers l’avenir. Parce que, malgré les difficultés du moment, nous vivons de l’espérance. Mais notre espérance n’est pas une espérance béate. Nous devons tirer les enseignements des erreurs du passé pour pouvoir corriger aujourd’hui et préparer l’avenir. C’est pourquoi on ne peut pas faire table rase du passé. On tire les enseignements des erreurs du passé pour mieux orienter l’avenir.

Un appel de laïcs a été donné pour manifester contre la corruption le 19 octobre. Comment prenez-vous cet appel ?

Nous soutenons l’action de CLC [Comité laïc de coordination], parce qu’on ne peut pas construire un pays avec une corruption généralisée et ériger un système de gouvernement. Nous ne pouvons que soutenir l’action du CLC.

Sur la moralisation de la vie politique, pensez-vous qu’il faut une pédagogie ou être coercitif ?

Les deux à la fois. Il faut une pédagogie parce qu’il faut expliquer certaines choses, mais cette pédagogie doit s’accompagner d’une coercition. C’est-à-dire que, celui qui se rend responsable d’une corruption avérée, il doit payer. Il doit être sanctionné. Et ce qui a détruit notre pays, c’est l’impunité.

On peut changer de culture, sortir de la culture de la corruption ?

Je suis convaincu que l’on peut en sortir, mais pour cela il faut une autorité qui s’engage à sanctionner les auteurs de la corruption, que ce soit la corruption passive ou active.

Le synode sur l’Amazonie va parler de la destruction des forêts. Des forêts ont été détruites l’été dernier en RDC. Trouvez-vous que l’on ne parle pas assez de la RDC pour la destruction de la forêt ?

Je crois que le problème qui se pose à l’Amazonie, c’est le même problème qui se pose dans la forêt équatoriale. Et c’est pourquoi, ce synode sur l’Amazonie parle de l’Amazonie, mais indirectement parle, aussi, de la forêt équatoriale. Le problème des feux de forêts comme ceux que l’on a eus dernièrement, nous sommes confrontés à cela chaque année. Je crois que ce synode va ouvrir aussi les yeux de la communauté internationale sur la thématique « Forêt équatoriale ».

Cacao: le travail des enfants «est un problème de politique publique, de pauvreté»

Art africain: «Le fossé entre la qualité et sa connaissance en Occident se réduit»

Patrice Talon: «Ce serait bien que l’ex-président Boni Yayi rentre à Cotonou»

La fermeture des frontières du Nigeria est «une forme de pression sur le Bénin»

Le général Bruno Clément-Bollée: il faut «repenser» la stratégie de la France au Sahel

Présidentielle en Algérie: «La détermination des deux côtés risque d’augmenter les tensions»

Alain Mabanckou: «La connaissance ne doit pas être réservée à quelques élites»

A. Sow (éd. Ganndal): «L'accès aux livres n'est pas si facile que ça» en Guinée

«Le gouvernement centrafricain sait jouer de la rivalité des grandes puissances»

René Lefort (chercheur): «chaque communauté s’est radicalisée» en Éthiopie

Guinée-Bissau: «les décrets du président sont illégaux» selon Aristides Gomes

Bénin: des élections générales en 2021 «relèveraient du miracle», (gouvernement)

La créatrice Sarah Codjo: la mode est «l'un des piliers de l'économie» au Nigeria

Jean de Gliniasty: «La Russie est de retour en Afrique, avec des préoccupations nouvelles»

F. Touadéra: «La Russie a des compétences pour le développement de l’Afrique»

Crise politique au Bénin: «Yayi Boni fait partie de la solution» (Joël Aivo)