rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Afrique Économie
rss itunes deezer

L'impact de la faillite de Thomas Cook sur le tourisme en Gambie

Par Romain Chanson

La faillite du voyagiste Thomas Cook n'est toujours pas digérée en Gambie. La compagnie était l'une des plus grosses pourvoyeuses de touristes dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest. Pendant la saison touristique (novembre-avril) 45% des touristes entraient en Gambie via Thomas Cook. La saison commence dans un mois et la filière hôtelière se bat pour sauver ce qui peut encore l'être.

Sur la plage d’un grand hôtel, Sang Badjie surveille les baigneurs côté piscine et côté océan. Pour lui, la menace ne vient pas des eaux, mais de la faillite de Thomas Cook. Il craint des pertes d’emplois.

« Les employés saisonniers ne pourront plus travailler si Thomas Cook n’apporte pas de clients. Même ceux qui travaillent aujourd’hui pourraient perdre leur emploi. L’hôtel ne pourra pas se permettre de les rémunérer alors qu’il n’y pas d’entrée d’argent. C’est un problème qui va toucher tout le monde. »

Les craintes du maître-nageur sont justifiées. Dans cet hôtel, la faillite de Thomas Cook a entraîné l’annulation des réservations britanniques, allemandes et belges selon le directeur. La saison s’annonce très mauvaise envisage Bunama Njie, directeur de l’association gambienne des hôteliers.

« C’est un désastre pour l’industrie touristique et pour l’économie gambienne. On sait déjà que 20% des emplois seront perdus cette saison. »

En 2017, le tourisme contribuait à 20% du produit intérieur brut de la Gambie selon un rapport du World Travel & Tourism Cousel, avec une prévision de croissance exponentielle. 220 000 touristes étrangers ont été accueillis en 2018, un record qui devait être battu cette année. La faillite de Thomas Cook provoque un coup d’arrêt pour l’activité hôtelière à l’image de Manneh Sallah, investisseur dans le secteur.

« Si la situation n’évolue pas, nous allons devoir fermer un hôtel. Nous avons déjà repoussé l’inauguration de la construction d’un hôtel qui devait ouvrir en décembre. Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir remplir les chambres. Nous avons également repoussé l’ouverture d’un second hôtel au mois de décembre. »

La mobilisation des concurrents de Thomas Cook pourrait permettre de limiter les dégâts pour cette saison. Pour l’avenir la Gambie aura besoin de nouveaux voyagistes. Le ministère du Tourisme espère 350 000 entrées en 2021.

Au Salon du chocolat, les chocolatiers africains promeuvent l'éco responsable

Le franc CFA a encore quelques beaux jours devant lui, même en changeant de nom