rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Qui pour reprendre Aigle Azur ?

Par Pauline Gleize

Les prochaines heures vont être cruciales pour Aigle Azur ou ce qu’il en reste. La compagnie aérienne est redressement judiciaire depuis lundi dernier. Depuis ce week-end, elle n'assure plus aucun vol laissant des milliers de voyageurs en rade. Aigle Azur doit trouver une solution ce lundi. Les candidats à la reprise ont jusqu’à ce midi pour déposer leurs dossiers.Y'a-t-il des intéressés ? Décryptage.

A priori oui, même si pour l’instant, aucune offre ferme n’a été déposée et si les éventuels candidats cachent encore leur jeu. Le gouvernement, qui a indiqué que plusieurs propositions étaient sur la table... dit travailler en particulier à « une offre principale » mais Bruno Le Maire s’est refusé à donner des noms pour ne pas affaiblir les négociations. Et rien ne dit qu'il n'y aura qu'un seul nom. Une « vente à la découpe » d'Aigle Azur n'est pas exclue, ni par le gouvernement, ni par la CFDT, premier syndicat au sein de la compagnie.

Raphaël Caccia, le secrétaire général de la CFDT du transport aérien, estime d'ailleurs qu'une offre de reprise partielle par Air France de la partie court et moyen-courrier, surtout à destination de l'Algérie, est une « quasi-certitude »... Mais Air France n'a pas confirmé. Dans ce cas, le groupe Dubreuil, propriétaire majoritaire d'Air Caraïbe pourrait reprendre les longs courriers, desservant notamment le Mali et le Brésil.

Le syndicat ne serait pas hostile à ce cas de figure, à condition que tous les salariés, 1200 au total, retrouvent un emploi. Il voit par exemple dans Air France un gage de confiance nécessaire pour retrouver des clients.

Mais ce n'est pas la seule piste.

La CFDT toujours, n'exclut pas une offre de reprise partielle par la compagnie espagnole à bas coût Vueling.

Le SNPL, le syndicat des pilotes de ligne a imaginé une opération plus complexe. Il verrait bien Air France devenir actionnaire minoritaire avec un droit de blocage, des salariés et d'autres investisseurs entrer au capital, le tout sous la houlette de Lionel Guérin, ancien dirigeant du groupe Air France. Un dispositif jugé « complètement surréaliste » par la CFDT.

Quel intérêt à reprendre tout ou partie d’Aigle Azur alors que la compagnie n’a même plus assez d’argent pour assurer le rapatriement des voyageurs bloqués, ou les dédommager ?

Tout simplement parce qu'Aigle Azur a beau accuser de mauvaises performances économiques et avoir connu un coup de force de l'un de ses actionnaires, cela ne veut pas dire qu'elle manque d'atouts.

Cela peut être les droits de trafic vers l'Algérie qui représentait une bonne moitié de l’activité d'Aigle Azur...

Autre trésor d'Aigle Azur, ses créneaux horaires à l'aéroport de Paris-Orly. La compagnie en avait 9800 sur l'année. Des créneaux convoités dans un aéroport qui ne peut en proposer que 250 000. Ces 9800 « slots » comme on dit dans le jargon peuvent intéresser à double titre : soit les compagnies qui veulent développer leurs activités, soit celles qui ne veulent pas voir la concurrence prendre ses aises.

Comment se portent les autres compagnies aériennes françaises ?

Aigle Azur était le deuxième transporteur aérien du pays... cela ne l'a pas empêché de sombrer... Selon La Tribune, XL Airways étudiait également une offre de reprise cet été pour faire face. Un plan social était prévu à Hop avant son annulation par la justice en juillet. Air France a accusé une grosse perte d'exploitation au premier trimestre (traditionnellement difficile) avant de se reprendre les mois suivants.

Dans Libération, l'économiste Paul Chiambaretto estime que le déclin français est en partie lié au fait que les compagnies sont faiblement capitalisées.

Un autre spécialiste souligne que pour s'en sortir, les compagnies doivent avoir un positionnement précis. Or Aigle Azur s’est récemment diversifié vers le Brésil et la Chine, une stratégie contestée par une partie des actionnaires.

Pour Olivier Fainsilber, spécialiste transport (au cabinet Oliver Wyman), cette fragilité du secteur, c’est « l'œuvre d'un Darwinisme économique qui fait bien son travail ».

Mais, il n'y a pas qu'en France que cela se produit.

Même aux États-Unis, le secteur s’est consolidé… via notamment des fusions. Résultat, moins de compagnies pour favoriser les profits.

La CFDT, FO et le SNPL appellent à deux manifestations distinctes ce lundi.

►En bref

Un mouvement social dans une autre compagnie aérienne : British Airways

Les pilotes sont en grève ce lundi et demain pour la toute première de leur histoire. Les salaires sont au cœur du conflit. Le syndicat Balpa estime que les pilotes devraient tirer davantage profit des bons résultats de l'entreprise après les sacrifices concédés ces dernières années.

De nouvelles péripéties attendues chez Nissan

Le conseil d'administration du groupe doit examiner aujourd'hui les conclusions d'une enquête interne sur une affaire de prime perçue par le directeur général du constructeur automobile nippon. Hiroto Saikawa qui, selon le quotidien économique Nikkei et l'agence de presse Kyodo, compterait quitter prochainement ses fonctions.

Pourquoi Engie a voulu devenir un champion africain des kits d’énergie solaire?

Les incendies en Amazonie remettent-ils en cause l’activité de l’agrobusiness brésilien?

Johannesbourg: le «Uber» des déchets [Les succès de l'économie verte 5/5]

Inde: de la suie transformée en encre [Les succès de l’économie verte 3/5]