rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

La Suède des gangs et de la criminalité organisée

Par Frédéric Faux

La Suède, le pays d’Ikea et de Spotify, le pays de Greta Thunberg épris d’environnement, le pays du consensus, ce territoire nordique où la vie est paisible... Au-delà de ce cliché existe aussi une autre Suède, moins connue, celle des gang et de la criminalité organisée. Une Suède où l’on n’hésite pas à abattre quelqu’un en pleine rue, en plein jour. Il y a quelques jours, fin août, un fait divers a ému tout le pays… Éclairages.

de notre correspondant à Stockholm,

Malmö, la grande ville du sud de la Suède, face à Copenhague, un lundi matin dans une rue du centre-ville. Nous sommes pas très loin d’une plage, un coin très fréquenté, quand des personnes cagoulées s’approchent d’une jeune femme d’une trentaine d’années qui promène son bébé. Ils s’approchent et l’exécutent.

Cela fait très longtemps que l’on n’avait pas vu une telle violence en Suède… Le pays a été véritablement sous le choc. Même les membres locaux de gangs ont réagi en disant qu’une limite avait été franchie, et que dans le Milieu, normalement, on ne s’attaquait pas aux femmes et aux enfants.

D’après la police, la véritable cible de l’attaque aurait d’ailleurs été le compagnon de la jeune femme qui était présent lui aussi. Un homme déjà été condamné à plusieurs années de prison.

Les chiffres de la criminalité vont dans le même sens, celui de l’escalade…

Le taux global d’homicides en Suède est l’un des plus faibles au monde, c’est un fait : on tourne autour de 1 pour 100.000 habitants. Mais lorsque l’on zoome sur la criminalité organisée, c’est un tout autre paysage qui apparaît. Il y a eu en 2018, en Suède, plus de 300 fusillades, qui ont fait 45 morts, et 135 blessés. Les premiers chiffres de 2019 montrent qu’on est sur la même tendance et que ce record pourrait être battu. Stockholm, par exemple, a enregistré autant de tués sur les six premiers mois de l'année que sur l'ensemble de 2018.

Pour noircir encore un peu le tableau, on pourrait rajouter deux spécificités suédoises : l’usage massif de grenades à main, et d’explosifs. Le 7 juin dernier, par exemple, une bombe qui devait faire entre 15 et 20 kilos a ravagé les façades de deux immeubles résidentiels à Linköping, à deux heures de route de Stockholm. Selon la police, c’est un véritable miracle s’il n’y a eu aucun mort.

A l'origine de ces violences...

Ce sont des gangs organisés qui se battent pour le trafic de drogue et le trafic d’armes. Certains de ces gangs sont purement suédois, d’autres sont liés aux différentes vagues de migration qui sont arrivées en Suède : Il y a des gangs irakiens, syriens, albanais, mais aussi d’autres, beaucoup plus anciens, qui datent du démantèlement de l’ex-Yougoslavie.

Cela provoque en tout cas un débat intense en Suède, entre la gauche qui veut encore plus de prévention, et une partie de droite qui fait un lien direct entre les migrants et la criminalité dans le pays. D’ailleurs la polémique a repris de plus belle après l’assassinat par balle d’une autre jeune femme, le 28 août dernier, au nord de Stockholm.

Fait rarissime, le roi de Suède, à cette occasion, s’est exprimé pour déclarer qu’il avait été particulièrement choqué par ces deux assassinats et qu’avec sa famille il partageait « les inquiétudes » de ses concitoyens.

Déchets nucléaires: bras de fer entre la Bosnie, la Croatie et la Slovénie

En Suède, l'avion de plus en plus délaissé au profit du réseau ferroviaire