rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Ici l'Europe
rss itunes deezer

Nathalie Loiseau, députée européenne

Par Caroline de Camaret (F24)

En cette semaine de rentrée, nous Nathalie Loiseau, l’ancienne ministre des Affaires européennes, aujourd’hui eurodéputée de Renew Europe.

À propos de Boris Johnson, elle estime qu’il « s’est tiré une balle dans le pied » en suspendant le Parlement, un « déni de démocratie ». Pour elle, les négociations avec l’Union européenne n’avancent pas : « Il n’y aura jamais de bon Brexit ».

Concernant l’Italie, elle considère que le nouveau gouvernement, entre les Cinq étoiles et le Parti démocrate, n’est pas plus improbable que le précédent : « il n’y a pas de fatalité à l’extrémisme ni le rouleau compresseur qu’on a voulu nous décrire pendant la campagne des [élections] européennes ».

Elle justifie le choix de Sylvie Goulard par le président comme Commissaire européenne par un professionnalisme reconnu : « Sur les emplois fictifs, le Parlement européen a blanchi Sylvie Goulard », estime-t-elle… Et recevoir des fonds d’un think tank américain « c’est légal […] toutefois aujourd’hui la délégation à laquelle j’appartiens s’est engagée à n’avoir aucune activité rémunérée qui pose question ».

En juin dernier, suite à une conversation off où elle épinglait des collègues parlementaires, elle rate le poste de cheffe de groupe au Parlement européen, mais ne veut pas avoir de regrets : « Si j’avais été nommée cheffe du groupe centriste, les Français auraient eu moins de postes au sein du Parlement européen ».

«De plus en plus probable qu’on puisse arrêter le Brexit», selon Richard Corbett

Nasser Kamel, secrétaire général de l’UPM: «le pire est derrière nous»

Pour Manuel Valls, les indépendantistes catalans sont nationalistes et suprémacistes

Enrico Letta: «Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique»

Alex Stubb, le Finlandais qui veut diriger la droite européenne et la Commission

Maros Sefcovic favorable à la convergence des salaires entre l'Est et l'Ouest