rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

L’Italie enfin sortie de l’ornière ?

Par Anne Tréca

Après la crise déclenchée par Matteo Salvini début août, un nouveau gouvernement pourrait voir le jour à Rome dans les prochains jours. Le président du Conseil, Giuseppe Conte, doit présenter ce matin la liste des nouveaux ministres. Une coalition de démocrates et de représentants du Mouvement 5 Étoiles possible après que les adhérents au mouvement ont validé ce projet. Les dirigeants 5 Étoiles avaient fait de cette consultation populaire une condition non négociable de leur rapprochement avec les démocrates

Le mardi 4 septembre, les inscrits au Mouvement des 5 Étoiles pouvaient participer au vote de chez eux. Sur le système Rousseau, la plateforme numérique du parti, on pouvait lire les 26 points du contrat de gouvernement négocié par la coalition naissante. Des idées plutôt générales sur des thèmes politiques et sociaux, et la question oui ou non au projet de gouvernement.

Néanmoins, le système s’est bloqué assez vite, d’après les 5 Étoiles, à cause d'une participation massive à la consultation. En début de soirée, Luigi di Maio annonçait le « oui » massif de près de 80 % des participants. En fait, quelques dizaines de milliers de personnes ont donné leur feu vert à une nouvelle coalition.

À l'avant-garde d'une nouvelle forme de démocratie

C’est la première fois en Italie, et peut-être au monde, que la formation d’un gouvernement est conditionnée par une consultation populaire en temps réel. C’est certainement ainsi que les animateurs du mouvement 5 Étoiles vendent leur « machine à référendum ». Mais le procédé pose beaucoup de questions. Rousseau, c’est un système informatique conçu et géré par une société privée de Milan, sans aucun contrôle. Les chiffres publiés par cette société sont-ils exacts ? Quel traitement est fait des données personnelles encodées ? Il y a t-il eu manipulation ? Personne n’en sait rien. Et beaucoup d’Italiens diront qu’il s’agit d’une farce.

Hier, les résultats ont été attendus jusqu'à une heure après la fin du vote. Pourtant, un système transparent ne devrait-il pas afficher un calcul immédiat des réponses données ? Là encore aucune explication.

Le retour de la procédure traditionnelle

Giuseppe Conte, le 1er ministre, doit présenter ce matin au Président de la République, Sergio Mattarella, la liste des membres de son nouveau gouvernement. Le gouvernement devrait prêter serment cet après midi et beaucoup d’Italiens en sont soulagés.

Dans les faits, avec cette consultation populaire numérique, l’ombre d’une nouvelle menace plane sur les institutions. Les plus éminents constitutionalistes ont dénoncé un détournement de la démocratie parlementaire. Si le gouvernement se désigne à travers les réseaux sociaux et un vote en ligne, alors à quoi sert le parlement ?

Le problème est que la constitution italienne écrite en 1947 n’avait pas du tout prévu l’Internet. Avec les 5 Étoiles, l’Italie a fait un grand saut dans le vide , là où les citoyens n’ont plus aucunes garanties.

Déchets nucléaires: bras de fer entre la Bosnie, la Croatie et la Slovénie

En Suède, l'avion de plus en plus délaissé au profit du réseau ferroviaire