rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
Invité Afrique
rss itunes deezer

Histoire générale du Sénégal: «Il y a des zones d’ombre à clarifier»

Par Bineta Diagne

Au Sénégal, plusieurs chercheurs ont récemment remis au président Macky Sall, les cinq premiers volumes de l'Histoire générale du Sénégal. Ce projet scientifique de grande envergure, financé par l'État sénégalais, a démarré en 2013, autour du professeur Iba Der Thiam. Près de 450 chercheurs sont mis à contribution pour réécrire l’histoire du pays, qui jusqu’à présent, reflète la vision coloniale française. Le but à terme, c’est aussi de pouvoir réviser les manuels scolaires: eux-mêmes datés de la colonisation, ils font l’impasse sur plusieurs chapitres de l’histoire sénégalaise ou des personnalités du pays. Les thèmes abordés par ces encyclopédies touchent la Préhistoire, l’Antiquité, la construction de l’espace territorial sénégalais entre le Xe et XXe siècle, les luttes coloniales et la consolidation du pouvoir colonial entre 1817 et 1914... Le professeur Buuba Diop, historien qui fait partie des scientifiques qui ont rédigé les cinq premiers volumes de ce projet, est notre invité.

Pour aller plus loin :

Le site du projet Histoire Générale du Sénégal

L'interview du Professeur Buuba Diop sur 2sTV

Cameroun: «Les recommandations ne seront pas jetées aux oubliettes» (RDPC)

Maurice Kamto (opposant camerounais): «La résistance nationale va se poursuivre»

Burkina: «Contre les jihadistes, la résistance populaire» (Pierre Ouédraogo)

Éthiopie: le Nobel de la paix à Abiy Ahmed est «une erreur» pour René Lefort

Nobel de la paix: «Un nouveau chapitre s’ouvre à nous», dit la présidente éthiopienne

Régime de transition en Centrafrique: «Cette approche-là n’est pas acceptable»

Fermeture des frontières du Nigeria: conséquences «négatives» au Bénin

Méditerranée: «Nous sommes les témoins d’une tragédie, on ne fait pas grand-chose»

Bénin: «Le gouvernement ne veut travailler qu’avec ceux qui acceptent son diktat»

Mgr Ambongo: «Mon choix est une reconnaissance du travail de l’épiscopat congolais»

Mauritanie: «J’ai constaté beaucoup de modération et de pondération» chez Ghazouani