rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Une conférence des partis d’extrême droite européens à Lisbonne

Par Marie-Line Darcy

Á Lisbonne doit avoir lieu ce samedi 10 août 2019, une conférence de différents partis d’extrême-droite européen. Un événement qui provoque un mouvement de protestation.

de notre correspondante à Lisbonne,

Ce samedi matin, le lieu de cette conférence de l’extrême droite européenne était toujours tenu secret. Il devrait être révélé au cours de la journée mais le secret fait visiblement partie de la stratégie des organisateurs de cette conférence. On sait que cette conférence doit réunir des leaders de partis d’extrême droite de plusieurs pays, dont la France l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Pologne et la Bulgarie.

Cette conférence est organisée par le mouvement portugais Nouvel Ordre Social (Nova Ordem Social), dont le blog annonce la participation et l’intervention du français Yvan Benedetti, ancien dirigeant du groupuscule d’extrême droite (dissout) L’œuvre française.

Mário Machado, le fondateur de Nouvel Ordre Social, sait parfaitement occuper le terrain médiatique. Il s’agit d’une véritable opération destinée à faire du bruit, autour de ce mouvement clairement fasciste, dont le leader est soupçonné être le mentor des Hammerskins portugais, les plus radicaux de l’extrême droite.

Les opposants appellent à une manifestation anti-fasciste à Lisbonne

Un collectif de quelques 60 organisations (dont la moitié sont étrangères) a appelé à un rassemblement au centre de Lisbonne ce samedi après-midi pour protester contre le discours ouvertement xénophobe et raciste véhiculé par ces groupes et groupuscules d’extrême droite. Le parti communiste, le bloc de gauche, parti d’extrême gauche, et le parti Livre qui se situe à la gauche des socialistes soutiennent le rassemblement.

Une pétition circule également. Les organisateurs veulent empêcher la tenue de la conférence d’extrême droite en invoquant l’article 46 de la Constitution portugaise. Cet article interdit les réunions d’organisations racistes ou d’idéologie fasciste. Mais l’idée de l’interdiction divise car pour certains elle remet en cause la liberté d’expression consacrée dans cette même constitution. La démocratie portugaise a seulement 45 ans et cette liberté de s’exprimer et de se réunir est sacrée pour les Portugais.

L’objectif du parti d’extrême droite est surtout la propagande

Les élections législatives vont avoir lieu le 6 octobre 2019, et Mario Machado le leader néo-nazi du Nouvel Ordre Social entend bien profiter de la scène politique. Dans un pays où l’extrême droite n’a jamais pu faire élire de députés depuis la révolution démocratique de 1974, certains veulent profiter des bons scores réalisés par ces partis d’extrême droite en France, en Allemagne, en Italie, et même désormais en Espagne, dont l’histoire démocratique est proche de celle du Portugal.

L’apparition de partis ou coalitions clairement populistes et xénophobes lors du scrutin des européennes au printemps dernier montre que le Portugal n’est plus tout à fait imperméable à ces thèses. Machado qui a purgé une peine de prison pour extorsion porte une croix gammée tatouée sur le bras. Aujourd’hui, il cache ses tatouages sous les manches de ses chemises bien comme il faut mais Machado n’a pas changé d’idéologie. Seule la méthode a changé, le danger est intact.

Suède: l’histoire d’un jeune réfugié afghan, gardien de chèvres à Stockholm

République tchèque: Prague Pride, une semaine de fête pour les droits des LGBT+

Allemagne: les réfugiés arrivés il y a 4 ans s'intègrent de mieux en mieux

Ukraine: les députés en stage intensif pour apprendre les rouages de la politique

Des villages des Dolomites durement frappés par la tempête Vaia se relancent de manière inédite