rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
Invité Afrique
rss itunes deezer

Algérie: «Le français, c'est une belle langue, mais l'anglais la devance»

Par Clémentine Pawlotsky

Plus d'anglais, moins de français dans les universités d'Algérie. Telle est la volonté du ministre algérien de l'Enseignement supérieur Tayeb Bouzid qui a pris une première mesure allant en ce sens, la semaine dernière. Le ministre a demandé aux recteurs des universités de rédiger les entêtes des documents officiels en arabe et en anglais. Ces entêtes étaient jusqu'alors écrits en arabe et en français. Ce choix, Tayeb Bouzid l'a justifié en expliquant que la langue française ne mènerait nulle part. Ces propos n'ont pas manqué de faire réagir. On en reparle avec la chercheuse algérienne Marnia Lazreg, professeure de sociologie à Hunter College et Graduate Center, à New-York. Elle livre son analyse au micro de Clémentine Pawlotsky.

Cameroun: «Les recommandations ne seront pas jetées aux oubliettes» (RDPC)

Maurice Kamto (opposant camerounais): «La résistance nationale va se poursuivre»

Burkina: «Contre les jihadistes, la résistance populaire» (Pierre Ouédraogo)

Éthiopie: le Nobel de la paix à Abiy Ahmed est «une erreur» pour René Lefort

Nobel de la paix: «Un nouveau chapitre s’ouvre à nous», dit la présidente éthiopienne

Régime de transition en Centrafrique: «Cette approche-là n’est pas acceptable»

Fermeture des frontières du Nigeria: conséquences «négatives» au Bénin

Méditerranée: «Nous sommes les témoins d’une tragédie, on ne fait pas grand-chose»

Bénin: «Le gouvernement ne veut travailler qu’avec ceux qui acceptent son diktat»

Mgr Ambongo: «Mon choix est une reconnaissance du travail de l’épiscopat congolais»

Mauritanie: «J’ai constaté beaucoup de modération et de pondération» chez Ghazouani