rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Le Portugal en proie aux flammes depuis 4 jours

Par Marie-Line Darcy

Au Portugal, de graves incendies flagellent le pays, alors que la sécheresse ne connait pas d’accalmie. Si le pays avait été relativement épargné par les feux jusqu’à présent, cela fait quatre jours que le Portugal est en proie aux flammes.

de notre correspondante à Lisbonne,

La situation est toujours sous haute surveillance dans le centre du pays. C’est là que les incendies de grande dimension ont commencé il y a quatre jours alors que le pays avait été relativement épargné par les feux jusqu’à présent. Les districts de Santarem et de Castelo Branco sont principalement concernésoù les feux ont mobilisé jusqu’à 1 300 pompiers et plus de 500 véhicules. Pas moins de 13 avions et hélicoptères bombardiers d’eau sont intervenus notamment dimanche dernier, seule manière de protéger les villages isolés.

Il a aussi fallu procéder à des évacuations. Le nombre de blessés s’élève à 30 selon un dernier bilan, mais la plupart du temps il s’agit de blessures légères. Avec des fronts de plusieurs kilomètres, des flammes actives pouvant atteindre 20 ou 30 mètres de haut, ces feux présentent des caractéristiques bien spécifiques qui les rendent particulièrement dangereux. Ajoutez à cela des températures très élevées dans cette région centrale, de l’ordre de 40 degrés et des vents tournants imprévisibles, et vous obtenez les conditions optimales de départs de feux.

La sécheresse comme facteur aggravant

La sécheresse a rattrapé le Portugal. Les pluies abondantes d’avril dernier et l’absence de canicule qu’a connu le reste de l’Europe fin juin ont décalé cette sécheresse. Rien de comparable à ce qu’a connu la France, mais les derniers bilans ne laissent plus de doute : la sécheresse est là et bien là. 34 % du territoire portugais est classé en état de sécheresse sévère ou extrême, et 23 % en état de sécheresse modérée. Des chiffres relatifs au mois de juin et depuis pas une goutte d’eau.

Les spécialistes sont formels, nous sommes dans une configuration équivalente à celle de 2017, année de violente sécheresse où il avait fallu transvaser par camion de l’eau d’un barrage vers un autre pour alimenter en eau potable près de 200 000 personnes. Les autorités considèrent que la situation n’est pas aussi dramatique qu’il y a deux ans, mais le gouvernement a déjà mis 3 millions d’euros a la disposition des agriculteurs, notamment les éleveurs de bétail, affectés par le manque d’eau pour leurs animaux.

En 2017, les incendies avaient fait 114 morts

Les incendies de cette année ont à nouveau lieu dans cette zone centrale où 114 personnes avaient trouvé la mort en 2017. Le souvenir de cette tragédie est très vivace. Le centre du Portugal est une immense forêt d’eucalyptus et de pins, de petites montagnes escarpées, et c’est un désert humain. L’abandon des terres, l’absence de cadastre et d’entretien des parcelles de forêts, la population vieillissante contribue à rendre ces terrains propices à la propagation des incendies. Il suffit d’une étincelle ou d’une main criminelle. Et pour les feux de Mação et de Vila de Rei qui ont débuté samedi, la police a de forts soupçons après avoir trouvé les restes calcinés d’engins incendiaires.

Mais la sécheresse et un combustible hautement inflammable ne suffisent pas à expliquer ces situations infernales. Le Portugal reste pour l’instant dans une situation de vigilance extrême.

Irlande: les polémiques phagocytent la campagne des élections européennes partielles

En Serbie, les révélations d'Aleksandar Obradovic accablent le gouvernement

Finlande: « Slush », la rencontre dédiée aux nouvelles technologies à Helsinki

Russie: inquiétude sur l'extension du champ de la loi sur les «agents de l’étranger»

Espagne: Quim Torra, le président catalan était face à la justice à Barcelone

George Soros inaugure le campus de l’Université d’Europe centrale à Vienne

Amnistie des militaires britanniques: la promesse de campagne de Boris Johnson