rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)
Littérature sans frontières
rss itunes deezer

Un pays, un auteur: en Algérie avec Brahim Metiba

Par Catherine Fruchon-Toussaint

Brahim Metiba, né à Skikda le 4 juin 1977, est un écrivain algérien. Il vit et travaille à Paris. Après des études d'informatique, il quitte l'Algérie à l’âge de 23 ans pour s'installer en France. Issu d'une famille modeste, il commence à écrire à l'âge de 25 ans, et est publié à l'âge de 37 ans. Ses textes se nourrissent d'une matière autobiographique. Il est néanmoins plus juste de parler d'autofiction.

Après trois romans : Ma mère et moi, Je n'ai pas eu le temps de bavarder avec toi, La voix de Papageno, publiés aux éditions du Mauconduit, et Méridiennes un recueil de poèmes d'Arnaud Delcorte, avec les photographies de l'auteur aux éditions MEO, Brahim Metiba vient de publier son quatrième roman, sous le titre Tu reviendras aux éditions Elyzad.

Couverture du nouveau roman de Brahim Metiba ©Elyzad

 

 

 

« Ça s’est passé durant une séance au cabinet du psy, en juin, mon mois de naissance. C’était une évidence. Mon absence avait trop duré, je ne pouvais plus fuir éternellement, il fallait revenir et affronter la situation. »
Un homme, qui vit à Paris, décide de retourner parmi les siens, après dix ans d'absence. L’Algérie lui manque, la mort de son père est imminente. Les relations sont rompues depuis l’annonce de son homosexualité. L’idée lui vient de consigner son voyage dans un journal. Écrire dans un souffle l’histoire d’un retour, pour conjurer les tourments et ne rien oublier. (Présentation de l'éditeur)

 

 

La romancière italienne Rosella Postorino, lauréate du Prix littéraire européen Jean Monnet

L'écrivain Jean-François Samlong, la voix des enfants oubliés de La Réunion

L'écrivaine franco-rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse, 25 ans après le génocide des Tutsi