rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité de la mi-journée
rss itunes deezer

Futur gouvernement en Espagne: «Le problème de fond, c’est la question de la Catalogne»

Par Andréane Meslard

Les négociations autour de la formation du futur gouvernement ont commencé en Espagne, mais elles se sont vite retrouvées dans l'impasse. Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez refuse d'intergrer Pablo Iglesias, le chef du parti de gauche Podemos dans son gouvernement à la suite du vote d'investiture prévu le 23 juillet. Quelles sont les raisons de cette coalition visiblement impossible ? Pour en parler, Anthony Sfez, attaché d'enseignement à l'université Paris 2 Pantheon Assas.

« Ce qui est certain aujourd’hui, c’est que Pedro Sanchez ne sera pas investi lors du premier vote d’investiture, il faut une majorité absolue des voix. La question c’est de savoir s’il sera investi lors du deuxième vote »

Biodiversité: «Ce qui inquiète aujourd’hui, c’est l’effondrement du nombre d’individus dans les espèces»

Environnement: «Avant d'espérer réparer, il faut déjà stabiliser la situation»

«En tant que démocratie, Israël n'a pas à obéir aux ordres d'un président américain»

Explosion dans une base militaire russe: «Il faut relativiser les risques de contamination»

Affaire Epstein: «Des ramifications internationales dont on ne peut pas encore estimer les conséquences»

Primaires en Argentine: une mesure du rapport des forces avec S. Velut [Décryptage]

Fin de la coalition gouvernementale en Italie: «Le vers était dans le fruit depuis le début»

Manifestations à Hong Kong: entretien avec le militant pro-démocratie Joshua Wong

Brésil: «L'Amazonie est en train d'être remplacée par des cultures qui tuent les sols»

Cachemire: «Le Pakistan peut répliquer avec une sorte de neutralité américaine»

États-Unis: «Ce qui est difficile à lire, c'est une véritable stratégie de fond»

Corée du Nord: «Tant qu’il n’y a pas de tirs à longue portée, Trump peut convaincre qu’il a réussi»