rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Climat: António Guterres, le chef de l'ONU se déclare «déçu» par la COP 25, et regrette une «occasion ratée»
  • Handball: les Néerlandaises sacrées championnes du monde en battant l'Espagne par 30 à 29
  • Ski: le Français Alexis Pinturault gagne son premier slalom depuis cinq ans à Val d'Isère
  • COP25: loin de l'urgence climatique, adoption à Madrid d'un accord «a minima» soulignant le «besoin urgent» à agir
  • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
  • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
  • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
Revue de presse Afrique
rss itunes deezer

À la Une: la mort de Johnny Clegg, le «Zoulou blanc»

Par Catherine Potet

Le site d’information sud-africain HeraldLive rapporte que Johnny Clegg est « mort à 66 ans d’un cancer du pancréas diagnostiqué en 2015, mort entouré de sa famille, dans sa maison ».

« Johnny laisse de profondes empreintes dans le cœur de chaque personne qui se considère africaine, il nous a montré qu’il était possible d’assimiler et d’embrasser d’autres cultures, sans perdre son identité », estime de son côté le site IOL.

Il était « chanteur, danseur, anthropologiste et activiste », poursuit IOL, « et il a largement contribué à la cohésion sociale dans la jeune démocratie sud-africaine ».

En Côte d’Ivoire, l’Infodrome rend aussi hommage au « Zoulou blanc qui combattait l’apartheid », alors qu’au Burkina Faso, Wakatsera rappelle que Johnny Clegg est « l’auteur d’Asimbonanga, le tube culte dédié à Nelson Mandela, au temps fort de la lutte pour la libération du plus célèbre prisonnier de l’apartheid ». C’était il y a plus de 30 ans.

La presse africaine évoque une autre disparition...

Celle de Tanor Dieng, nous en parlions hier.Le Soleil relate l’hommage rendu à Paris, au dirigeant socialiste sénégalais, mort lundi 15 juillet en France, où il était soigné. « Les deux salles de la maison funéraire près du cimetière du Père-Lachaise étaient trop petites pour contenir tout le monde », raconte le journal qui titre : « l’adieu de la diaspora ».

Walf Quotidien évoque lui aussi sur cette cérémonie. « Sénégalais et Français ont salué la dignité du leader socialiste, devant Diouf. »

De son côté, seneplus.com revient sur le « choc ressenti » par les « militants socialistes désemparés ». « Tous sont unanimes, c’est un baobab qui s’effondre. »

Fait divers au Burkina Faso

La mort de 11 personnes placées en garde à vue à Ouagadougou, dans le cadre d’une enquête sur un trafic de stupéfiants fait la Une de la presse au Burkina Faso. Leurs corps ont été retrouvés lundi 15 juillet au matin.

On ignore encore les causes exactes de leur décès mais Le Faso.net publie un communiqué de l’Unapol, l’organisation syndicale de la police, selon laquelle « l’hygiène et l’exiguïté des locaux, seraient “à l’origine de ces morts en masse” ».

De son côté, l’Observateur Paalga s’interroge : « Qu’a-t-il bien pu se passer cette nuit fatidique du 14 au 15 juillet 2019 dans les locaux de l’unité antidrogue de la police nationale ? Chacun y va de son hypothèse de ses supputations, ou encore de ses élucubrations », poursuit le journal.

« On peut penser ce que l’on veut de nos forces de l’ordre, mais même s’il arrive que des éléments se rendent coupables de bavures policières ou “gendarmesques”, on les voit mal, comme certains le supposent déjà, torturer onze personnes interpellées pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants, jusqu’à ce que mort s’ensuive. »

L’Observateur Paalga qui, lui aussi, évoque l’hypothèse « d’une asphyxie due à un problème de surpopulation dans la cellule où les personnes étaient enfermées ».

En RDC, le Courrier de Kinshasa s’intéresse aux résultats du baccalauréat

« 72 % de réussite à Kinshasa », selon le Courrier. « La ville est en ébullition », à l’annonce des résultats. « C’est l’effervescence dans la capitale où la fête a commencé petit à petit. »

Des résultats qui sont publiés « graduellement », précise le journal, « en attendant le retour à Kinshasa des malles qui les contiennent ». 

Particularité de cette période, nous explique le Courrier de Kinshasa, elle est particulièrement faste pour « les sociétés de télécommunications et leurs opérateurs ». Il faut en effet passer par eux pour « visionner les résultats », et il semble que le message envoyé pour les obtenir « coûte plus cher que d’habitude ».

L'Algérie en finale de la CAN

Un mot de football enfin avant la finale de la CAN, vendredi 19 juillet entre le Sénégal et l’Algérie. Walf Quotidiens’intéresse au jeu des Fennecs. Pas question de sous-estimer l’équipe algérienne. « Comment l’Algérie est-elle arrivée à ce niveau de la compétition ? Franchement, c’est à son mérite », estime le journal. « Cette équipe ne cesse d’impressionner par son style de jeu et sa rigueur technique et tactique ». Mais le Sénégal, battu par l’Algérie en phase de poule, n’a pas dit son dernier mot. Walf Quotidien, espère « qu’Aliou Cissé et ses protégés pourront prendre leur revanche vendredi ».

À la Une: le Niger décrète un deuil national de trois jours après la tragédie d’Inates

À la Une: Barkhane et le coup de menton de Macron qui indigne les Africains

À la Une: la France dément la revendication de l’Etat islamique dans la destruction des hélicos

À la Une: la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes

À la Une: l’Algérie, comment organiser une présidentielle sans l’approbation du peuple ?

À la Une: le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique