rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

Ahmad Ahmad: «Le football africain va gagner»

Par Bineta Diagne

Le congrès de la Confédération africaine de football (CAF) se tient au Caire, en Égypte, cette semaine. Au total, 54 présidents de fédération y participent. À la veille d'un audit de la CAF par la FIFA, le président de cette instance revient sur la crise interne à la CAF.

RFI : Vous êtes réunis en congrès pour faire valider un audit mené à partir du 1er août par la déléguée générale de la Fédération internationale de football association (Fifa) pour l’Afrique, la Sénégalaise Fatma Samoura. Cet audit des systèmes financiers et juridiques de la Confédération africaine de football (CAF) suscite énormément de frilosité en interne. Jusqu’où cet audit pourra-t-il aller ?

Ahmad Ahmad : Le but, c’est de clarifier tout ce qui touche à la CAF. Depuis deux ans, lors de ma prise de fonction, lorsqu’on a entamé les différentes réformes, nous avons rencontré pas mal d’obstacles. Si je vous dis par exemple, l’institution de la CAF aujourd’hui, je peux dire que c’est une institution qui ne répond plus aux exigences modernes d’une organisation comme telle.

C’est-à-dire ?

Vous voulez des exemples. Il n’y a pas de processus clair pour les appels d’offres. On achète de gré à gré tout ce qui était là depuis.

La finalité de cet audit, c’est d’introduire plus de transparence au sein de la CAF. Est-ce qu’on doit s’attendre à voir des têtes tomber à l’issue de cet audit si des manquements sont constatés ?

Oui, exactement. Il y a des mécanismes internes au niveau de l’organisation aujourd’hui. Cela a déjà commencé, c’est au niveau de la CAF, mais surtout au niveau de notre institution mère qui est la Fifa avec l’assainissement qu’ils ont entrepris. Et c’est pour cela d’ailleurs que j’ai choisi la Fifa pour nous aider dans ce sens.

Comment vivez-vous cette mise sous tutelle qui va durer six mois, qui va démarrer à partir du 1er août ?

Je rectifie d’abord : ce n’est pas une mise sous tutelle. C’est une collaboration et avec une feuille de route bien claire que nous avons fixée ensemble, et pour qu’on puisse aller de l’avant.

Mais j’imagine que le travail d’enquête et d’investigation mené par la Fifa concerne toutes les couches de la CAF, vous y compris ?

Exactement. Bien sûr.

Le mois dernier, vous avez été interpellé à Paris le 6 juin dernier par l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) concernant la rupture d’un contrat avec l’équipementier allemand Puma. Contrat qui a ensuite été attribué à un autre prestataire. Vous êtes sorti libre de cette audition, mais cela n’efface pas forcément les soupçons qui peuvent peser sur votre rôle. Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce qui a justifié ce changement de contrat  ?

J’ai été auditionné à Paris dernièrement. J’ai beaucoup apprécié, j’ai remercié la justice française. Au moins, il y avait eu cette opportunité d’expliquer à un organisme légitime et légal ce qui s’est passé. Je rectifie en terme sportif. C’est tout simplement un accord d’achat. Et nous, nous voulons aller avec Adidas, on s’est rendu compte qu’acheter chez quelqu’un d’autre et aller négocier avec un autre équipementier, ce n’était pas correct. C’est pour cela que le comité exécutif a tranché : il faut qu’on aille acheter chez Adidas tout d’abord. Voilà la situation.

On joue la finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ce vendredi avec une affiche attrayante Sénégal-Algérie. Quelles retombées financières espérez-vous de cette rencontre ?

Je peux vous garantir qu’on est aujourd’hui à 25% au-dessus de ce que nous avons eu par rapport à la CAN. C’est la première fois dans l’histoire où on a eu des sponsors locaux dans une organisation de la CAN. Si avant, on a eu 15 millions difficilement recouvrables, aujourd’hui dans nos caisses, on a atteint déjà 21 millions de dollars. Les détails, je pense que cette réforme qu’on avait entreprise, et surtout même la qualité et le standard exigés, ça a fait en sorte que les gens commencent à s’intéresser beaucoup plus à cette compétition.

Avez-vous un pronostic ?

Le football va gagner, le football africain.

Marc Lavergne: au Soudan, «on arrive à un point d’équilibre qui n’était pas garanti»

Une condamnation de Beny Steinmetz «serait un signal fort contre la corruption»

Smockey: «le syndrome de la pintade», une pièce musicale sur «le mal des élites»

«Fake news» en Afrique: «Facebook devrait pouvoir investir beaucoup plus»

Débarquement de Provence: «Un Noir ne pouvait pas commander à des Blancs»

RCA: pour l'ONU, «un accord de paix n'est jamais parfait, c'est un compromis»

Ebola en RDC: il faut un «débat ouvert» sur les expériences médicales (MSF)

Histoire générale du Sénégal: «Il y a des zones d’ombre à clarifier»

Jean-Baptiste Ouédraogo: «J’ai joué un rôle d’apaisement» en septembre 2015

Tibor Nagy: «Tshisekedi évolue dans un cadre constitutionnel très restreint»

Soudan: «Nous avons pu faire que cette crise soit réglée par les États africains»

Algérie: «Le français, c'est une belle langue, mais l'anglais la devance»