rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Handball: les Néerlandaises sacrées championnes du monde en battant l'Espagne par 30 à 29
  • Ski: le Français Alexis Pinturault gagne son premier slalom depuis cinq ans à Val d'Isère
  • COP25: loin de l'urgence climatique, adoption à Madrid d'un accord «a minima» soulignant le «besoin urgent» à agir
  • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
  • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
  • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
Revue de presse Afrique
rss itunes deezer

À la Une: hommages à Ousmane Tanor Dieng

Par Catherine Potet

Le secrétaire général du Parti socialiste (PS) sénégalais, Ousmane Tanor Dieng, disparaît à l’âge de 72 ans. Pressafrik donne la parole à Bamba Fall, le maire de la Médina, dans la banlieue de Dakar, qui l’avait rencontré avant son départ pour la France et selon lequel Tanor Dieng voulait « regrouper toute la famille socialiste ». Pour Bamba Fall, Tanor Dieng était un « grand homme d’État et sa disparition est “une perte pour toute l’Afrique”. Il a marqué son temps. Au lendemain de la perte du pouvoir par le PS, il a su gérer le parti avec intelligence malgré les multiples difficultés et la pression. »

Jeune Afrique rappelle que « celui qui défendait la République des valeurs, son slogan lors de sa dernière candidature à une élection présidentielle en 2012, avait été choisi par le président Abdou Diouf, pour lui succéder à la tête du PS en 1996. Il n’avait depuis, plus lâché la barre du navire socialiste, malgré les vents parfois contraires ».

Pour L’Observateur Paalga, au Burkina Faso, « celui qui vient de décéder à 72 ans fut incontestablement l’une des figures marquantes de la politique sénégalaise des 40 dernières années ». « Les hommages posthumes et aussi dithyrambiques les uns que les autres ne cessent de pleuvoir », ajoute le journal en s’interrogeant : « Simples envolées lyriques de circonstance dans cette Afrique où il n’est pas bon de polémique autour d’un cercueil, ou bien sentiments sincères ? » L’Observateur, lui a son idée sur la question : « C’est un véritable champ de ruines que Tanor Dieng laisse derrière lui, faute d’avoir pu régénérer le vieux parti de Senghor, et de passer la main à une nouvelle génération ».

La mort de 11 personnes en garde à vue à Ouagadougou

Fasozine raconte : « 11 personnes ont été retrouvées mortes à l’unité antidrogue de Ouagadougou, hier lundi. Elles avaient été placées en garde à vue dans le cadre d’une enquête sur un trafic de drogue. »  Selon Fasozine, « il s’agirait de clients, de revendeurs, de fournisseurs et de consommateurs de stupéfiants ». Une enquête a été ouverte. « Sur sa page Facebook, le Premier ministre Christophe Dabiré promet que "des instructions fermes ont été données pour élucider cette tragédie inacceptable et administrer des sanctions" ».

La finale de la CAN opposera vendredi le Sénégal à l’Algérie

En Algérie, TSA titre « les leçons d’une victoire » même s’il y a un an, l’heure n’était pas encore à la « révolution » dans les rues d’Alger, « les premiers "dégage" fusaient déjà dans les stades », visant Rabah Madjer, celui qui à l’époque dirigeait l’équipe nationale, et qui selon TSA « n’avait jamais caché son soutien au président Bouteflika, participant activement à ses campagnes électorales tant en Algérie qu’à l’étranger ».

Faute de résultat, Rabah Madjer a été limogé, et selon TSA, « le peuple a fait son choix », en la personne de l’ancien joueur Djamel Belmadi, « un choix imposé par la pression de la rue ». « Dix mois plus tard, le jeune coach mène les Verts jusqu’en finale de Coupe d’Afrique, une première depuis 29 ans ». « Surtout, conclut TSA, l’équipe a toutes les chances de soulever le trophée vendredi prochain ».

Au Sénégal aussi, on attend cette finale avec impatience

« Voilà 17 ans que “le Sénégal du foot” attend de vivre ces moments, raconte Le Quotidien. Il reste encore une toute petite marche à franchir afin d’accéder au sommet de la pyramide, avec le premier sacre sénégalais ».

« Dix-sept ans après la finale perdue aux tirs au but contre le Cameroun en 2002 à Bamako, les Lions du Sénégal vont jouer la 2e finale de leur histoire », se réjouit Seneplus.com.

« Ne faites pas comme nous, remportez la CAN ! », s’exclame Alassane Ndour dans Senego.com. « L’ancien international de la génération 2002 » ne ménage pas ses conseils à la jeune génération. « Une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne. Il ne faut pas faire comme nous. On a vu cette équipe du Sénégal jouer autrement. Ils mettent beaucoup de courage et beaucoup d’abnégationEt ça, c’est la marque des grandes équipes », poursuit Alassane N'Dour qui visiblement y croit dur comme fer.

À la Une: le Niger décrète un deuil national de trois jours après la tragédie d’Inates

À la Une: Barkhane et le coup de menton de Macron qui indigne les Africains

À la Une: la France dément la revendication de l’Etat islamique dans la destruction des hélicos

À la Une: la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes

À la Une: l’Algérie, comment organiser une présidentielle sans l’approbation du peuple ?

À la Une: le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique