rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse Afrique
rss itunes deezer

À la Une: le football et les demi-finales de la CAN 2019

Par Catherine Potet

Commençons par la victoire du Sénégal sur la Tunisie. « Tout un peuple l'attendait depuis un soir de 2002 à Bamako », rappelle Le Soleil. « Aliou Cissé et son équipe ont réussi à se qualifier pour la 2e finale de CAN de l'histoire du Sénégal, au bout d'un suspense et d'une tension extrêmes. »

« Ils y sont, le Sénégal en finale, 17 ans après », s'exclame Walf Quotidien. « Les amoureux du football africain, voire mondial, auront été bien servis. Parce qu'ils ont suivi un match plein de suspens et de rebondissements. Un match fou au rythme fou. Deux penalties ratés et des occasions de but manquées de part et d'autre, ont rythmé cette demi-finale. »

Pour Walf Quotidien, l'homme du match est sans conteste Alfred Gomis, le gardien de but sénégalais, qui « a sorti un gros match pour protéger la cage des Lions. Il a notamment stoppé un penalty tunisien qui pouvait faire la différence en début de seconde période. »

Pour sa part, Seneweb.com publie en Une les félicitations du président sénégalais Macky Sall aux Lions du Sénégal : « Notre pays est en finale grâce à la combativité dont vous avez fait montre. »

Enfin, côté perdants, RéalitesOnline estime que la Tunisie sort par la grande porte. « Face au Sénégal, meilleure équipe africaine selon la Fifa, la Tunisie a su se mettre à la hauteur de l'évènement pour tenir tête aux Lions de la Teranga pendant 120 minutes. »

RealitesOnline regrette toutefois le penalty d'abord accordé à la Tunisie par l'arbitre, qui est revenu sur sa décision après avoir fait appel à la VAR, l'assistance vidéo à l'arbitrage. « La VAR ne sert absolument à rien étant donné qu'elle est sélective et incohérente, elle n'est utile que pour influencer malhonnêtement le cours du jeu », conclut RealiteOnline, qui en a visiblement gros sur le cœur.

L'autre demi-finale a vu la victoire de l'Algérie sur le Nigeria, victoire amplement saluée par la presse algérienne

El Moudjahid voit l'Algérie se diriger « vers la consécration ». Alors que Le Matin, titre : « Monumental ! Ils l'ont fait, les Algériens en finale ! » « L'Algérie bat le Nigeria 2 buts à 1 et se qualifie en finale après 29 ans d'absence. »

« Les hommes de Djamel Belmadi se sont qualifiés après une rencontre serrée face au Nigeria », écrit Obervalgerie.com, qui salue le rôle joué par Riyad Mahrez : « Son centre en retrait est détourné par le défenseur nigérian Troost-Ekong qui marque contre son camp », en première mi-temps. Au retour des vestiaires, le Nigeria égalise grâce à un penalty. Mais « dans les dernières minutes de jeu, les Algériens obtiennent un coup franc transformé par le même Riyad Mahrez. »

Les Super Eagles sont donc vaincus. « Leur rêve d'un quatrième titre en Coupe d'Afrique des nations est terminé », regrette This Day au Nigeria. Reste l'espoir d'une consolation : « Le Nigeria jouera contre la Tunisie pour la médaille de bronze. »

Direction le Burkina Faso, à présent, où l'Observateur Paalga s'interroge sur la future monnaie communautaire africaine

Le 21e sommet ordinaire de l'Uémoa, l'Union économique et monétaire ouest-africaine a récemment décidé de lancer l'éco dès 2020. « À six mois de l'échéance, alors que les critères de convergence des économies des pays de la Cédéao ne sont pas réunis pour la création de la monnaie commune, que faire », demande L'Observateur.

« Rejeter aux calendes grecques la création de cette monnaie ou décider courageusement d’y aller par étapes ? L'Uémoa privilégie visiblement la 2e option. En 2020, la zone Uémoa fera ses adieux au bon vieux franc CFA pour embrasser la bien-nommée éco, la monnaie commune projetée de la Cédéao ».

Mais pour l'Observateur Paalga, « l'abandon du CFA ne sera que de nom, l'Uémoa prônant la convertibilité de l'éco, dans un premier temps, comme l'est le franc CFA au taux d'un euro pour environ 656 écos ».

Ce qui selon L'Observateur devrait « hérisser les poils de tous les partisans d'une rupture totale des liens monétaires qu'entretiennent les pays de la zone CFA avec l'ancienne métropole ». « Cette mue monétaire est loin d'être la révolution anticolonialiste à même de satisfaire leur soif d'indépendance totale de l'Afrique », conclut L'Observateur.

Á la une: le procès du putsch manqué de 2015 au Burkina Faso touche à sa fin

À la Une: en Algérie, la purge contre les anciens hommes du fort du régime Bouteflika se poursuit

À la Une: les enjeux de la présidentielle de l’année prochaine en Côte d’Ivoire