rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Afrique Économie
rss itunes deezer

Côte d'Ivoire: la production de noix de cola en constante progression

Par Stanislas Ndayishimiye

Il n’y aura pas de confusion en Afrique de l’Ouest entre l’ECO – la future monnaie unique de la CEDEAO – et la cola. Les dirigeants de l’Organisation ouest-africaine ont définitivement entériné, le 29 juin 2019, le nom ECO, alors que le public préférait Afri et cola. La cola, c’est cette noix très prisée dans l’espace économique ouest-africain et dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur du continent. Elle entre aussi dans la fabrication d'une boisson très connue.

C’était l’une des monnaies d’échange pendant des siècles, comme le cauris et le sel. La kola fait vivre aujourd’hui plusieurs personnes en Afrique de l’Ouest, à commencer par les producteurs. À Aboisso, dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, Dramane Diarrassouba produit chaque année entre 5 et 6 tonnes de noix de kola. Il en tire un revenu respectable, qui lui permet de faire vivre sa famille. Mais il précise que la noix de kola, c’est plus qu’une source de revenus.

« S’il y a un mariage, de coutume en dioula, la première dot c’est la kola. Si on a une cérémonie à faire, comme les funérailles, c’est aussi la kola qui est le symbole pour présenter la cérémonie. »

Les noix de kola ont donc un rôle culturel et social en Afrique de l’Ouest. Selon Henri Biego, directeur exécutif de l’Organisation interprofessionnelle agricole de la filière kola, cette noix est un produit particulier. Elle est considérée comme le lien entre les communautés de l’Afrique de l’Ouest.

« La kola est exportée à 90% au sein de la CEEAO. La Côte d’Ivoire est le premier producteur avec 260 000 tonnes et environ 70% de ce tonnage vont essentiellement au Nigeria, le reste va dans les autres pays de la CEDEAO tels que le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal, la Mauritanie ou le Niger et seulement 10% de cette production sont transformés. »    

La production de la kola est en constante progression. Mamadou Doucouré, président de l’Association des producteurs professionnels de kola.

« La production actuelle de la Côte d’Ivoire de la kola, c’est 280 000 tonnes. »

Après une simple cueillette sur des kolatiers qui poussaient dans la forêt, le mode de production des noix de kola évolue depuis quelques années, précise Henri Biego

« La kola provient de forêts, se trouve dans les plantations de cacaoyers, c’est-à-dire que les producteurs de cacao laissent dans leurs plantations les pieds de kolatiers qu’ils trouvent, mais également plantent ces pieds de kolatiers. Maintenant, depuis une quinzaine d’années, il y a de plus en plus de monocultures de kolatiers, parce que la kola commence à avoir une importance au plan commercial. »

Il n’y a pas encore de prix de référence pour les noix de kola, mais le prix du kilo au producteur varie entre 250 et 600 francs CFA. Une partie des noix de cola semi-transformées en Côte d’Ivoire entre dans la fabrication de boissons sur place, une autre est exportée en Europe et aux États-Unis et d’autres noix de kola, échangées sur les marchés locaux ou au bord des routes sont consommées brutes.

Quatre à sept ans après sa plantation selon la variété, le kolatier commence à produire et bien entretenu, il peut continuer à fournir un bon rendement de noix au-delà de 100 ans.

RDC: des incubateurs pour entreprises proposent des formations d'entrepreneur

Togo [Série 4/4]: énergie propre et électrification des dispensaires ruraux et des écoles

Togo [Série 1/4]: la ville de Lomé améliore la gestion des eaux pluviales

Congo-B: les attentes des créanciers nationaux après l’accord avec le FMI

Nigeria: des entrepreneurs africains parrainés par la Fondation Tony Elumelu

Un Forum sur la protection de l’environnement d’Afrique australe et de l’Est