rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
  • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
Revue de presse Afrique
rss itunes deezer

À la Une: pouvoir et opposition dos à dos en RDC

Par Frédéric Couteau

Hier, 30 juin, jour de la fête nationale congolaise, était une journée test pour le président Tshisekedi et l’opposition rassemblée au sein de la coalition Lamuka. Mais aucune des deux parties n’a pris l’avantage…

En effet, pointe Afrikarabia, « hier dimanche, le nouveau pouvoir de Félix Tshisekedi n’a pas réussi à échapper à la spirale de la répression policière qu’il dénonçait sous la présidence Kabila, alors que Lamuka n’a pas réussi à faire descendre dans la rue les Congolais contre le président Tshisekedi. Personne n’a donc rien gagné dans cette étrange journée, censée commémorer l’indépendance congolaise. »

En fait, poursuit Afrikarabia, « la rue semble vouloir laisser encore un peu de temps au nouveau président pour voir s’il peut réellement s’imposer face à la coalition de Joseph Kabila. Pour combien de temps ? Les leaders de Lamuka estiment que la coalition de circonstance entre Tshisekedi et Kabila ne durera pas. Mais en attendant, pointe encore le site spécialisé sur la RDC, les trois poids lourds de l’opposition doivent encore convaincre les Congolais. Jean-Pierre Bemba doit se reconstruire une image de rassembleur et prouver qu’il n’est pas un homme du passé, et qu’il n’est plus l’ancien rebelle aux méthodes brutales du temps où le MLC était un groupe armé. Moïse Katumbi doit démontrer sa réelle capacité à mobiliser les foules, en dehors de fief de Lubumbashi. Et Martin Fayulu, doit prouver qu’il peut continuer d’assumer son statut d’opposant n°1 sans l’appui de ses deux parrains Katumbi et Bemba. »

De réprimé à oppresseur ?

L’Observateur Paalga, au Burkina, fait feu de tout bois contre le président congolais : « en autorisant la répression des manifestations de l’opposition, Félix Tshisekedi indique clairement que le changement d’alliance politique qu’il a fait depuis le fameux "arrangement à l’africaine" qui l’a porté au pouvoir n’est pas que tactique. Il est aussi stratégique. Il est vraiment passé dans le camp du pouvoir avec armes et bagages, convictions et méthodes, dénonce le quotidien ouagalais. D’opposant réprimé, il est devenu président oppresseur. Hélas, il ne sera ni le premier ni le dernier homme d’Etat à opérer une telle mue en Afrique sous le soleil des indépendances. »

Le message fort de Tshisekedi en Ituri

Le Pays, toujours au Burkina, est plus mesuré et note, avec satisfaction, que le président Tshisekedi était hier en visite en Ituri. « Cette province constamment endeuillée par des massacres perpétrés par des hommes armés. C’est donc tout à l’honneur du chef de l’Etat d’être allé à la rencontre des populations de cette partie de la RDC qui souffrent le martyre. Pour un message fort, c’en est un. Seulement, au-delà de la compassion qu’il a exprimée aux populations de l’Ituri qui ne savent plus désormais à quel assaillant se vouer, Félix Tshisekedi doit prendre des mesures fortes pour une meilleure sécurisation de la zone, mais bien plus, pour éviter que le sang ne coule encore en RDC. »

« Arrivé à Bunia, chef-lieu de l'Ituri hier dimanche, relate pour sa part le site d’information congolais 7 sur 7, le président de la République a insisté sur la paix et la sécurité comme préalables au développement de cette province. Devant une foule immense réunie sur la place de l'Indépendance dans le centre-ville de Bunia, Félix Tshisekedi a exhorté les Ituriens à s'aimer et à ne pas se faire la guerre. »

CAN : les Léopards en route vers les 8e ?

Mais la plupart des médias congolais n’ont d’yeux, ce matin, que pour les Léopards… Les footballeurs congolais qui ont réalisé un véritable carton hier contre les Warriors du Zimbabwe 4 à 0.

« C’est un grand pas pour la qualification des fauves congolais en 8e de finale de la CAN, s’exclame le site d’information Politico CD. Notons qu’avec cette victoire, les Léopards se retrouvent 2e meilleur troisième derrière la Guinée et devant l’Afrique du Sud. Pour être éliminés, il faudrait à la fois, une victoire du Bénin sur le Cameroun, une victoire de l’Angola sur le Mali enfin une victoire sud-africaine sur le Maroc.

Sauf surprise de dernière minute et un alignement négatif des étoiles, donc, pointe encore Politico CD, les Léopards sont à 75% qualifiés pour les 8e de finale de la CAN. »

Á la une: le procès du putsch manqué de 2015 au Burkina Faso touche à sa fin

À la Une: en Algérie, la purge contre les anciens hommes du fort du régime Bouteflika se poursuit

À la Une: les enjeux de la présidentielle de l’année prochaine en Côte d’Ivoire