rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Afrique Économie
rss itunes deezer

Bénin: bilan économique de la transhumance

Par Delphine Bousquet

Au Bénin, la transhumance a pris fin le 31 mai dernier. Deux victimes ont été recensées, alors que les conflits entre agriculteurs et éleveurs de passage avaient fait plus de 40 morts l’année dernière (46). Depuis 2017, la transhumance est encadrée par les autorités : un arrêté fixe les dates de début et de fin, les couloirs de passage réglementaires et interdit d’aller dans le sud du pays. Et pour cette campagne, les troupeaux venus des pays voisins devaient payer une taxe à la frontière : 5 000 francs CFA par tête de bétail pour les bœufs, 1 000 francs CFA pour les petits ruminants. Alors, quelles sont les retombées économiques de cette période ?

170 000, c’est une estimation du nombre de bêtes qui devaient arriver au Bénin. Dans le département des Collines, il y avait trois portes d’entrée, deux près de la frontière destinée aux pasteurs nigérians. Mais ils sont passés avant l’ouverture des accès officiels ou les ont contournés. Conséquence : la redevance n’a pas été perçue. Pour Moïse Kegnidé, chef du service réglementation et contrôle à la Direction départementale de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche, on ne peut pas parler d’échec.

« Dans les Collines, il était prévu qu'on reçoive 50 000 têtes de bovins. Alors, si on fait 50 000 têtes fois 5 000, vous voyez ce que ça donne. Nous, on n'a pas pu obtenir ça, mais l'État a trouvé un moyen pour restreindre l'effectif. »

Cette redevance nationale remplace les taxes que certaines communes avaient instaurées : droits de passage, de pacage, d’abreuvement. Mais d’après le maire de Glazoué, Jacques Dagoué, les communes n’ont pas forcément perdu, car ce système n’était pas transparent.

« Les gens le faisaient de façon illicite. Le chef du village ou le chef d'arrondissement envoyait ses éléments pour aller récupérer les sous qu'il ne ramenait pas vers la mairie ! Est-ce que les mairies n'ont pas quelque chose à prendre dans ce que les transhumants versent à l'entrée du Bénin ? Surtout pour faire fonctionner les comités de transhumance qui sont mis en place ? Si c'est fait comme ça, le comité doit tout faire pour collecter les ressources sur les transhumants. »

Au marché à bétail de Savè, le plus gros du département, à 30 kms de la frontière nigériane, on voit une différence. Aliou Ousmane en est le président.

« Avant le marché était très animé en période de transhumance, grâce aux étrangers. Cette année, le nombre de transactions a diminué. Derrière la clôture, on devrait avoir les animaux des transhumants Nigérians attachés. Ils viennent vendre ou acheter des bêtes jeunes et le soir, ils les ramènent dans leurs troupeaux. Mais là, il n’y a rien. »

Les transhumants contribuent à l’économie locale, et pas seulement avec les marchés à bétail. Ils effectuent des dépenses sur le parcours pour se nourrir, nourrir leurs bêtes ou recharger leur téléphone. Une étude menée dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest a même estimé ces dépenses à plus d’un million de francs CFA (plus de 1520 euros) par famille d’éleveurs.

Togo [Série 4/4]: énergie propre et électrification des dispensaires ruraux et des écoles

Togo [Série 1/4]: la ville de Lomé améliore la gestion des eaux pluviales

Congo-B: les attentes des créanciers nationaux après l’accord avec le FMI

Nigeria: des entrepreneurs africains parrainés par la Fondation Tony Elumelu

Un Forum sur la protection de l’environnement d’Afrique australe et de l’Est

Congo-Brazzaville: la conversion des devises au marché noir est moins rentable

Congo: le district de Mayama dans le Pool réhabilite ses étangs piscicoles

Congo-Brazzaville: l'accord avec le FMI à l’épreuve de la mauvaise gestion