rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

L'or au plus haut depuis près de six ans, tiré par les Banques centrales

Par Claire Fages

Le cours de l'or a gagné 10% depuis le début du mois de juin. Les Banques centrales relâchent les taux d'intérêt pour soutenir les économies. Elles achètent aussi des quantités record de lingots.

L'or peut dire merci aux Banques centrales ! Mercredi, la Réserve fédérale américaine, la FED, a annoncé une baisse des taux d'intérêt aux États-Unis pour soutenir une économie fléchissante. Vendredi, l'once de métal précieux dépassait les 1 400 dollars, son plus haut niveau depuis près de six ans.

Planètes alignées

Quand l'argent papier ne rapporte plus rien, les investisseurs se reportent sur l'or, qui a une valeur intrinsèque. Une valeur refuge renforcée par le climat d'inquiétude actuel : guerre commerciale sino-américaine, regain des tensions militaires dans le golfe Persique, vote pro-Brexit renouvelé des Britanniques aux élections européennes... Avec l'assouplissement monétaire qui se profile un peu partout, « les planètes sont alignées pour ce rebond de l'or », résume Laurent Schwartz, directeur du Comptoir national de l'or.

Russie premier acheteur

Les investisseurs ne sont pas les seuls à se ruer de nouveau sur le métal précieux. Les Banques centrales elles aussi acquièrent des lingots à tour de bras depuis des mois. Une fringale record en 2018, qui grandit en 2019. En tête des acheteurs, la Banque centrale russe reconstitue massivement ses réserves de métal précieux à long terme, après les avoir vendues ponctuellement pour soutenir sa monnaie, le rouble : la Russie a racheté 55 tonnes rien qu'au premier trimestre de cette année, rappelle-t-on au Comptoir national de l'or, suivie par la Chine, 33 tonnes. La Turquie, le Kazakhstan, la Jordanie, le Qatar, l'Inde ne sont pas en reste.

Sanctions et risque dollar

Les Banques centrales diversifient leurs réserves par prudence. Elles rassemblent déjà 20 % de l'or extrait sur la planète. Il s'agit pour elles d'éviter le risque lié à l'utilisation du dollar, en raison des sanctions américaines. L'Iran et la Russie utilisent déjà l'or pour leurs échanges. Il s'agit aussi de se protéger du risque d'affaiblissement à long terme du billet vert alors que les cryptomonnaies sont loin de rassurer.

Nouveau Fort Knox au Texas

Même aux États-Unis, où la FED stocke le plus d'or au monde, 8 000 tonnes, l'État du Texas est en train de construire son propre Fort Knox au nord d'Austin, rappelle le Comptoir national de l'or. Un dépôt sécurisé et garanti par le Texas et la Lloyd's, le géant des assurances, qui pourra stocker 2 500 tonnes d'or, autant que la Banque de France ! Signe que, décidément, même sur le sol américain, la confiance dans le dollar est bien entamée.
 

Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

Le Vietnam nouvel atelier du mobilier mondial s’implante dans les forêts d’Afrique

Afrique de l’Ouest: trop de poisson «détourné» vers les usines de farine

Les attaques en mer d’Oman font flamber les assurances plus que le pétrole

Cacao: le Ghana et la Côte d'Ivoire s'allient pour réclamer un prix plancher