rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Aux Etats-Unis, démocrates et républicains tous unis contre les GAFA

Par Dominique Baillard

Aux Etats-Unis, les géants du Net sont désormais dans le collimateur des candidats à la présidentielle. Le sujet sera abordé lors des premiers débats télévisés qui vont opposer les 20 candidats à l’investiture démocrate car ils sont les plus déterminés les mettre au pas.

Le discours anti-GAFA a longtemps porté la marque du seul parti républicain, avec un Donald Trump particulièrement virulent. Prompt à dénoncer les sociétés arrogantes de la Silicon Valley, surtout celles qui suppriment les contenus trop conservateurs à leur goût, mais aussi celles qui détruisent de l’emploi et imposent leur modèle aux consommateurs américains comme Amazon. Un discours plutôt inspiré par des motivations politiciennes. Le camp démocrate lui a longtemps été acquis à la cause de cette jeune industrie porteuse des valeurs libérales. Mais il a fini par se réveiller après les scandales nés de la présidentielle de 2016 sur les ingérences russes et sur les détournements de données. Elisabeth Warren a même fait de leur démantèlement la clé de voûte de sa campagne pour l’investiture.

Les autres candidats démocrates veulent eux aussi briser le monopole des entreprises de la Tech ?

En déclarant que ces entreprises ont « trop de pouvoir sur l’économie, la société et la démocratie » Elisabeth Warren est celle qui colle le mieux aux nouvelles peurs, aux nouvelles attentes des citoyens américains. La plupart des candidats à l'investiture se sont donc alignés sur la sénatrice du Massachussets en exigeant plus de régulation mais pas nécessairement le démantèlement. Ils expriment des nuances, prennent des précautions, font même des contorsions car la Silicon Valley demeure un généreux donateur du camp démocrate. Le parti de l’âne a renoncé à l’argent du pétrole, trop sale, à celui des grands laboratoires, trop suspect, mais pas encore à celui de la Tech.

Les Google, Apple, Facebook, Amazon ont-ils du souci à se faire ?

A priori oui: les quatre « gros » font l'objet d'enquêtes pour violation du Sherman Act, la loi américaine visant à lutter contre les pratiques de concurrence déloyale ou monopolistiques. Des enquêtes lancées par l'administration républicaine. La Chambre des représentants dominée par les démocrates n'est pas en reste ; elle a ouvert sa propre enquête sur la compétition sur les marchés de la Tech. Il y a donc aujourd’hui un vrai consensus entre les deux grands partis pour mieux contrôler cette industrie. Une grande coalition entre républicains et démocrates est même évoquée pour voter un texte sur la protection des données, sur le modèle de ce qui a été fait en Europe, puis ensuite en Californie.

Les GAFA pourraient être désintégrés, sur le modèle de ce qui a été fait dans l'industrie pétrolière à la fin du 19e siècle ?

Cette hypothèse est peu crédible parce que la loi anti-trust n'est pas vraiment adaptée à la situation présente. Un monopole doit être brisé quand il est susceptible de faire monter les prix, or les services des géants du Net sont souvent gratuits, difficile de les attaquer sous cet angle. Ensuite les entreprises du Net et leur projet de plus en plus fou comme celui de la monnaie Libra que veut émettre Facebook inquiètent certes les Américains mais la concurrence chinoise les effraie encore davantage. Dans ce contexte de chocs des grandes puissances on voit mal les Etats-Unis affaiblir délibérément leurs propres champions.

► En bref

Carrefour, le géant français de la grande distribution, renonce à la Chine

Le groupe, qui est présent dans ce pays depuis 1995, va céder 80% de sa filiale locale. Car ces dernières années ses ventes s'érodent dans ses 200 magasins. Comme en Europe, le modèle de la grande surface est aujourd'hui en pleine crise en Chine. Carrefour ne pèse que 3% du secteur chinois de la grande distribution.

Les Chinois disent avoir repris leurs négociations commerciales avec les Américains

C'est ce qu'a déclaré le ministre adjoint au Commerce. Les discussions ont repris juste avant le G20 qui se tient à partir de vendredi à Osaka au Japon. Pour le moment aucune information n'a filtré sur le contenu des discussions.

Séoul veut de l’aide pour contrer les restrictions d'exportations japonaises

Pourquoi les dirigeants populistes veulent reprendre le contrôle des banques centrales

Le Zimbabwe souhaite un allègement de l’interdiction du commerce de l’ivoire

Grands contrats d’exportation, la ritournelle des compensations industrielles