rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Italie: le nouveau «décret sécurité» de Salvini frappe le «Sea Watch»

Par Anne Le Nir

Après avoir été bloqué par la justice italienne pendant plus de trois semaines, le navire humanitaire Sea-Watch 3 a repris la mer et secouru 53 migrants au large de la Libye. Mais, depuis ces cinq dernières nuits, il stationne à 16 milles de Lampedusa dans l’attente d’un port sûr où accoster. Pour raisons de santé, dix personnes dont trois enfants et deux femmes enceintes, ont été transférées le 15 juin à bord d’une vedette des gardes-côtes italiens qui les a débarquées sur l’île sicilienne.

de notre correspondante à Rome,

L’équipage du navire de l’ONG allemande Sea Watch n’en n’est pas à ses premiers ennuis avec les autorités italiennes, mais cette fois-ci la situation se complique sérieusement.

C’est l’impasse pour le Sea Watch car le nouveau décret sécurité du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini est entré en vigueur le 14 juin. Or il prévoit notamment l’interdiction pour les navires des ONG de transiter ou de stationner dans les eaux territoriales italiennes. Le navire est donc bloqué avec 43 migrants à bord et ne sait toujours pas dans quel port il pourra accoster.

Pour Matteo Salvini, il s’agit d’un « bateau pirate » dont l’équipage est « une bande de délinquants, complice des passeurs et trafiquants ». D’autant que le Sea Watch a refusé de faire route vers Tripoli qui avait donné son feu vert à un débarquement. Matteo Salvini soutient qu’un port en Libye est un port sûr. Alors que l’agence des Nations unies pour les Réfugiés et la Commission européenne affirment le contraire, compte tenu des conditions actuelles en Libye.

Unité du gouvernement sur ce dossier

Les ministres 5 étoiles de la Défense et des Transports ont contre-signé le document d’interdiction d’entrée dans les eaux territoriales pour le Sea Watch. Ce qui montre bien l’aplatissement du Mouvement 5 étoiles sur les positions de la Ligue. L’opposition de centre gauche ne bouge pratiquement pas. En tous cas pour le moment. Donc, comme l’a déclaré Matteo Salvini, avant son départ pour Washington, le navire humanitaire pourrait encore rester encore de longs jours au large de Lampedusa. Mais l’Église italienne et 22 communes allemandes, dont celles de Rothenburg et Berlin, ont déjà proposé d’accueillir les migrants.

Le retour en italie des « Dublinés »

À propos de l’Allemagne, Matteo Salvini accepte pardoxalement le renvoi de migrants qui auraient dû faire leur demande d’asile en Italie, en vertu du règlement de Dublin. D’un côté les ports sont fermés aux nouveaux arrivants mais de l’autre les aéroports sont ouverts pour les dits« dublinés».

Matteo Salvini a donné son accord à son homologue allemand pour le retour de 4600 demandeurs d’asile dont près de 1.200 sont déjà arrivés en Italie. Menottés et parfois sous sédatifs, selon les révélations du quotidien La Repubblica. La plupart de ces personnes vont grossir les rangs des migrants irréguliers dont le nombre est estimé à 600.000, selon le dernier rapport de l’Institut d’études en politique internationale. Un chiffre largement plus élevé que celui indiqué par le ministre de l’Intérieur qui s’est bien gardé de parler du retour par avion d’un millier de migrants, au cours de ces derniers mois...

Hongrie: «Solar Decathlon Europe», une compétition universitaire internationale

Elections à Moscou: des candidats de l'opposition empêchés de se présenter

Turquie : coup d’État échoué du 15 juillet 2016, le pouvoir continue de sévir

Italie: le plus grand centre d'accueil pour demandeurs d'asile en Europe ferme ses portes

Reconnaissance faciale: une technologie encore loin d'être au point à Londres