rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

La trottinette explose: attention à la sortie de route!

Par Dominique Baillard

La trottinette électrique fait débat à Paris après le premier accident mortel qui a coûté à la vie à son conducteur. Malgré le danger, ce nouveau mode de transport urbain connait un succès foudroyant. Est-ce déjà une activité florissante ?

C’est encore un tout petit marché, estimé à 1,5 milliard de dollars pour le monde entier. Mais déjà avec une myriade d’acteurs déployés dans des centaines de villes où les trottinettes zigzaguent entre les voitures les vélos et les piétons. Rien qu’à Paris, une douzaine de sociétés se disputent les faveurs des « trottitafeurs », c’est comme cela que se sont baptisés les nouveaux adeptes de ce mode de transport, ils vont au « taf », au travail, en trottinette. « Écolo », légère, rapide, la trottinette électrique a connu un engouement fulgurant parce que c’est un moyen de transport idéal pour les petites distances, or, en ville le tiers des trajets personnels est inférieurs à deux kilomètres, les trois quarts font moins de 10 kilomètres. Parmi les start-ups prometteuses qui se sont emparées du créneau du libre service, certaines valent déjà plus de deux milliards de dollars. Si elles pèsent à elles toutes seules beaucoup plus que le marché mondial c’est parce que ce marché est extrêmement prometteur. D’après le Boston Consulting group il sera multiplié par trente pour atteindre 40 voire 50 milliards de dollars d’ici 2025.

Ces start-ups sont-elles rentables ?

Pour l’instant personne ne gagne de l’argent. Toujours d’après le Boston Consulting Group il faut quatre mois d’exploitation pour rentabiliser l’achat d’une trottinette électrique, or, après trois mois de mise à disposition ces véhicules sont déjà hors d’usage. Le modèle économique n’est donc pas encore au point. Cela ne va pas s’arranger dans les prochains mois, les villes hôtes sont en train d’exiger des redevances. C’est le cas à Paris depuis le mois d’avril. Et à terme la ville veut sélectionner deux ou trois services seulement pour assainir cette offre. Dans cette course de fond, il y a beaucoup de participants sur la ligne de départ, mais peu de gagnants à l’arrivée. Un peu comme pour les vélos en partage proposés par les Chinois Ofo ou Mobike, ils ont aujourd’hui quasiment disparu des trottoirs de paris et de nombreuses autres villes. Après avoir brûlé des milliards de dollars de cash, ces deux sociétés sont aujourd’hui toutes les deux en grandes difficultés financières.

Quels sont les principaux acteurs de la trottinette électrique ?

Il y a d’un côté ceux qui les fabriquent. Ils sont essentiellement Chinois. Avec un rapport qualité-prix quasiment imbattable. Et puis il y a ceux qui espèrent en tirer une plus-value juteuse en déployant des flottes. Ce sont essentiellement des start-ups américaines. Comme Bird, ou encore Lime, très présente en France, dans laquelle Uber a investi. Ces jeunes pousses emploient souvent les mêmes méthodes que les précurseurs de cette économie dite du partage, type Airbnb ou uber. Elles s’imposent sans tenir des comptes des réglementations locales et discutent ensuite avec les autorités pour protéger leur part de marché. En Asie du Sud-est, Grab fait fureur. Cette société fondée par deux jeunes malaisiens en 2012 vaut déjà 14 milliards de dollars. Et la trottinette est la dernière offre disponible sur son application de conduite partagée. L’Asie est perçue comme le plus grand réservoir de croissance de cette nouvelle forme de mobilité.

 

EN BREF

Le foot au féminin fait bondir les revenus publicitaires de TF1. Surprise par le succès d’audimat du premier match disputé par les bleues, la chaine française a relevé ses tarifs de 50 à 60 % pour les prochaines rencontres disputées par la sélection française. Une hausse aussi forte en si peu de temps, c’est du jamais vu dans les droits télés commente un expert.

Le patron de Nissan vient d’être désavoué par des influentes sociétés de conseil aux actionnaires. Glass Lewis et ISS recommandent de voter contre Hiroto Saikawa à la prochaine assemblée générale du constructeur automobile nippon prévue à la fin du mois. Le nouvel homme fort de Nissan est considéré comme trop proche de Carlos Ghosn, son mentor, qu’il a contribué à déboulonner. Dans l’actualité, un autre patron sera aujourd’hui sur le grill, Jean-Dominique Senard le nouveau patron de Renault, le partenaire de Nissan, devra répondre aux questions des actionnaires.

Pourquoi l’attaque contre l’Arabie saoudite propulse les marchés pétroliers

Pourquoi Engie a voulu devenir un champion africain des kits d’énergie solaire?

Les incendies en Amazonie remettent-ils en cause l’activité de l’agrobusiness brésilien?

Johannesbourg: le «Uber» des déchets [Les succès de l'économie verte 5/5]

Inde: de la suie transformée en encre [Les succès de l’économie verte 3/5]