rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Produits tropicaux et protection des forêts : l'Europe peut mieux faire

Par Claire Fages

Huile de palme, soja, bois et cacao... Par ses importations, l'industrie agroalimentaire européenne contribue toujours à la déforestation, malgré quelques progrès.

Les importations européennes de produits tropicaux sont encore loin d'épargner les forêts. C'est le bilan de l'ONG néerlandaise IDH, l'Initiative pour un commerce durable.Or la déforestation, dans le monde, est à 80% due aux activités agricoles.

Progrès sur l'huile de palme

L'Europe a tout de même progressé sur l'huile de palme, observe l'étude, publiée ce mardi. 74% des approvisionnements européens sont aujourd'hui certifiés durables, c'est-à-dire couverts par le label RSPO, qui est devenu plus exigeant. La pression des consommateurs était très forte sur cette matière première.

Bois et soja à la traîne

Mais ce n'est pas le cas du soja ou du bois tropical. 28,5% seulement du bois tropical est certifié durable quand il entre en Europe, souligne IDH. Pour le soja, c'est encore pire : seuls 22% des importations respectent les lignes directrices de la FEFAC, la fédération européenne des fabricants d'aliments du bétail, pour ses approvisionnements en soja, et seulement 13% sont certifiés zéro déforestation. Il y a pourtant une production durable et responsable de soja suffisante, mais elle ne trouve pas preneurs.

Disparités en Europe

Du nord au sud de l'Europe, les efforts de l'agro-industrie ne sont pas les mêmes. Question de budget des entreprises et de législation des États membres, peu contraignante pour l'heure... La France, qui s'est dotée d'une loi contre la déforestation importée, est certes la meilleure élève pour l'huile de palme, 99% de ses importations alimentaires sont certifiées durables, devant les Pays-Bas et l'Allemagne. Mais les Pays-Bas font beaucoup beaucoup mieux que la France pour les importations de soja, à 83% conformes aux directives de la FEFAC. Moins de 20% des importations françaises le sont.
Quant à l'Europe du Sud elle est très en retard : moins de 3% du soja suivent les recommandations anti-déforestation pour l'oléagineux or ces trois pays importent à eux seuls 30% des besoins européens en graines et en tourteaux de soja.

Accélerer le pas

Il faut donc accélérer le pas, conclut le rapport. Pour toutes ces matières, comme pour le cacao, où tous les pays européens ne se sont pas encore donné d'objectif zéro déforestation d'ici 2025, l'Europe, en augmentant son approvisionnement durable, pourrait, conclut l'ONG, avoir un effet d'entraînement sur les autres marchés du monde. Et cet approvisionnement durable, en huile de palme, en soja, en bois ou en cacao, pourrait alors devenir, espère-t-elle, la norme mondiale.

Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

Le Vietnam nouvel atelier du mobilier mondial s’implante dans les forêts d’Afrique

Afrique de l’Ouest: trop de poisson «détourné» vers les usines de farine

Les attaques en mer d’Oman font flamber les assurances plus que le pétrole

Cacao: le Ghana et la Côte d'Ivoire s'allient pour réclamer un prix plancher