rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Présidentielle au Sri Lanka: ouverture des bureaux de vote
  • Californie: l'adolescent qui a ouvert le feu dans la cour de son lycée est mort de ses blessures
  • Bolivie: 5 paysans pro-Morales tués dans des affrontements
  • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
  • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
Invité France
rss itunes deezer

Rapatriement d’enfants de jihadistes: «Un cas par cas qui est un fait du prince»

Par Florent Guignard

Douze enfants de jihadistes français, dont dix orphelins, qui étaient retenus dans des camps au Kurdistan syrien dans des conditions très difficiles, ont été rapatriés lundi à Paris. Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé qu'il « n'était pas exclu qu'il y ait une troisième opération, si l'on identifie d'autres enfants répondant aux mêmes critères de vulnérabilité ». Marie Dosé, avocate de plusieurs familles françaises qui a déposé des recours pour obtenir le retour de plus d’enfants, dénonce un rapatriement « au cas par cas qui est un fait du prince discriminatoire et parfaitement injuste » entre des enfants qui ne sont responsables de rien. Elle était au micro de Florent Guignard.

« Les neuf enfants qui sont rentrés en France [ce mardi] ne viennent pas du Kurdistan syrien. Ceux-là étaient en Turquie. Il y a un accord entre la France et la Turquie pour permettre le retour de tous ceux, de nationalité française, qui ont atteint la Turquie pour fuir le groupe Etat islamique. Les neuf enfants, par contre, qui sont rentrés hier sont des enfants qui étaient détenus arbitrairement dans des camps au Kurdistan syrien, dont nous réclamons le rapatriement depuis des mois, parfois depuis deux années pour certains d’entre eux. »

Avantage fiscal lié à l'huile de palme: «une manœuvre contre la démocratie inspirée par le groupe Total»

Mouvements sociaux: «la violence est devenue une forme d'expression de l'action politique»

Décès du cycliste Raymond Poulidor: «plus de 180 victoires, mais une image d'éternel 2e»

Immolation d'un étudiant à Lyon: les syndicats dénoncent la précarité étudiante

Morts en «Opex»: «Un monument très attendu par la communauté militaire» (Geneviève Darrieussecq)

Abus sexuels dans l'Église: «La parole se libère progressivement» (Jean-Marc Sauvé / Ciase)

FDJ: «L’État brade le patrimoine national», estime Régis Juanico (Génération.s)

Caroline de Haas: «La vie d’Adèle Haenel ne sera plus la même, parce qu’elle a eu le courage de parler»

Drame de la rue d’Aubagne à Marseille: «Une rupture sociale et une rupture politique»

Violences dans les Yvelines: «Des quartiers en très grande difficulté depuis 50 ans»

Ian Brossat: «Encore trop de multipropriétaires transforment leurs logements en hôtels clandestins»

Seine-Saint-Denis: «Des mesures nécessaires mais totalement insuffisantes», selon Henri Sterdyniak (OFCE)

SNCF: «Derrière la revendication des retraites s’exprime toute une série de mécontentements»

EPR de Flamanville: «Une mise à plat des raisons qui ont conduit à ces retards est utile»

Lubrizol: «La grande crainte est l'apparition de maladies chroniques différée dans le temps»

«Le sentiment de solitude est le dénominateur commun de tous les aidants aujourd’hui»