rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Nouvelles Technologies
rss itunes deezer

Paludisme: un champignon OGM anti-moustique

Par Dominique Desaunay

Des chercheurs américains ont conçu un champignon génétiquement modifié capable d’éradiquer les populations de moustiques vecteurs du paludisme. Ce fongique OGM a été expérimenté avec succès au Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest.

Notre planète héberge environ 3 500 espèces de moustiques ! Depuis des temps immémoriaux, virus, bactéries et parasites en tous genres ont élu domicile dans les organismes de ces insectes vampires, qui se nourrissent exclusivement du sang de leurs victimes. Dengue, Chikungunya et paludisme, la mondialisation et les changements climatiques ont largement accéléré aujourd’hui le pouvoir de nuisance de nombreuses espèces de diptères autrefois cantonnés à certaines régions. Pour lutter contre les envahisseurs, le recours aux insecticides polluants, de moins en moins efficaces et dangereux pour la santé humaine, tend à se généraliser. C’est la raison pour laquelle, des scientifiques de l’université du Maryland aux États-Unis et de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé au Burkina Faso ont voulu expérimenter une autre approche.

Afin d’amoindrir localement les populations d’Anopheles, vecteurs du paludisme, ils ont modifié génétiquement un champignon naturellement tueur d’insectes. Leur choix s’est porté sur une variété de Metarhizium qui agit comme un parasite, quand les spores du fongique entrent en contact avec les bestioles.

Ces moisissures « germent » alors sur le corps de leurs victimes, détruisant lentement mais sûrement les insectes. Afin de renforcer son pouvoir de virulence, les chercheurs ont introduit les gènes du scorpion du désert d’Afrique du Nord et de l’araignée à toile-entonnoir originaire d’Australie afin que le champignon sécrète une puissante neurotoxine qui sera fatale aux moustiques. L’expérimentation confinée dans une enceinte dénommée « mosquito-sphère » s’est déroulée dans la localité de Soumousso, près de Bobo-Dioulasso.

À l’intérieur de la structure : trois huttes, l’une ne contenait pas de champignons tueurs, une autre renfermait les fongiques naturels et la dernière la version OGM mise au point par les chercheurs. Ces essais comparatifs ont démontré que seul le champignon transgénique a été capable d’éliminer plus de 99% des moustiques en 45 jours.

Le fongique modifié ne tuerait pas les autres insectes pollinisateurs, comme les abeilles, affirment les chercheurs, qui espèrent maintenant obtenir les autorisations pour renouveler leur expérience, mais cette fois, en milieu ouvert.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr.

Des bourdons équipés de capteurs pour identifier les dangers qui les menacent