rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Accents d'Europe
rss itunes deezer

Difficile d’être une mère célibataire en Europe

Par Catherine Rolland

C’est l’une des évolutions de nos sociétés occidentales et européennes. De plus en plus d’enfants sont élevés par un seul parent, le plus souvent la mère. Ces familles monoparentales rencontrent des difficultés pour joindre les deux bouts. Les institutions dans l’UE ont du mal à aider ces « mamans solo ».
C’est le cas en Irlande où pourtant un quart des familles ont à leur tête un seul parent. Certes, beaucoup d’aides financières existent pour subvenir à leurs besoins, mais les associations critiquent un système qui bloque la réinsertion professionnelle de ces femmes. Julien Lagache.

En Autriche, 44% des parents isolés, majoritairement des mères, sont menacées de pauvreté. C'est dans leur direction que le gouvernement a voté, fin avril 2019, une réforme de l’« aide sociale », mais à certaines conditions. Les associations protestent contre des aides en trompe l'œil qui excluent certaines catégories, comme les familles immigrées. Elles se battent au quotidien pour soutenir ces familles, en organisant notamment des colocations de mamans seules. Céline Béal.

La situation des mères seules en Europe. En France, plus de 2 millions de foyers monoparentaux ont été recensés et à 85%, c’est une femme qui est à leur tête. Fin avril 2019, le président Macron a promis de faire évoluer la politique familiale pour ces familles monoparentales. En attendant, les mères seules font partie des groupes les plus précaires, un tiers d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté. Un phénomène observé partout en Europe, mais avec quelques différences selon les régions. Avec Daniel Vigneron de MyEurop.info.

La journaliste Maureen Demidoff signe un ouvrage sur la Russie abordée sous l’angle des femmes et de leur place dans la société. © Éditions des Syrtes

Les femmes russes assurent une place centrale dans la société. Elles sont indépendantes, élèvent souvent seules leurs enfants, et pourtant elles vouent aussi une grande admiration aux hommes forts. C’est tout le paradoxe des femmes russes et que met en lumière l’anthropologue Maureen Demidoff, dans son livre La Tête et le cou, histoires de femmes russes, éditions des Syrtes. Étienne Bouche l’a lu.

 

Antenne coupée, journal qui n’arrive pas: entraves à la circulation de l’information en Europe

L’Europe face au cancer du sein, le cancer le plus répandu chez les femmes

Droit d’accès aux origines pour les enfants nés de dons: la France en retard sur l’Europe

Législatives au Kosovo et au Portugal: les femmes prêtes à prendre le pouvoir en Europe?

Écologie, lutte contre l’extrême droite: les mamies allemandes se mobilisent