rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Allemagne: les citoyens appelés à porter la kippa en soutien à la communauté juive

Par Pascal Thibaut

Les Allemands sont appelés aujourd’hui à porter une kippa pour témoigner de leur solidarité avec leurs concitoyens juifs qui se sentent menacés par une montée de l’antisémitisme. Pourquoi cette initiative a-t-elle été lancée et quelle est l’importance de ces menaces antisémites ?

Cette initiative trouve son origine dans une interview du délégué du gouvernement en charge de l’antisémitisme. Il y a une semaine, Felix Klein avait conseillé aux juifs d’Allemagne de ne pas porter la kippa en public en raison des risques d’agressions antisémites. Leur nombre a augmenté de 20% l’an dernier et la communauté juive allemande est inquiète.

Une déclaration qui avait suscité un écho important, mais aussi des critiques. Le président israélien s’était dit choqué par cette prise de position comme le secrétaire d’État américain Mike Pompeo hier à Berlin.

Ce conseil du délégué à l’antisémitisme avait aussi été critiqué comme étant en quelque sorte le reflet d’une défaite de l’État de droit. Lundi, le porte-parole d’Angela Merkel avait estimé que l’État devait veiller au respect de la liberté de religion qui implique que chacun puisse se déplacer en toute sécurité avec une kippa sur la tête. Angela Merkel a estimé mardi soir sur CNN que l’antisémitisme avait augmenté ces dernières années en Allemagne et que son pays conservait une responsabilité particulière en raison de son passé et de la Shoah mise en place par le régime nazi.

Hier, le président Steinmeier a appelé le président du Conseil central des juifs d’Allemagne et lui a déclaré : « Notre république ne peut mériter ce nom que si les juifs se sentent chez eux dans ce pays ». Felix Klein a ensuite appelé les Allemands à porter aujourd’hui ce symbole religieux juif pour témoigner leur solidarité à leurs concitoyens. Le quotidien populaire Bild Zeitung avait publié lundi dernier une kippa à découper.

Une date qui n’a pas été choisie au hasard

Ce samedi coïncide avec la journée al-Quds. Lancée il y a quarante ans par le nouveau régime iranien de l’époque, elle a pour but de remettre en cause le contrôle israélien sur Jérusalem et soutient la cause palestinienne.

L’année dernière, 1 600 personnes ont participé à cette manifestation à Berlin. Elle a aussi donné lieu malgré les contraintes imposées par les autorités à des dérapages antisémites. Un salut nazi y a été vu ainsi que des drapeaux du Hezbollah. Les organisations juives demandent l’interdiction de cette manifestation et ne comprennent pas qu’elle puisse se tenir, mais les contraintes juridiques sont importantes.

Deux contre défilés auront lieu aujourd’hui. Les autorités berlinoises ont appelé leurs concitoyens à participer au principal, soutenu notamment par la communauté juive.

Vers une mobilisation modeste

2 000 personnes ont été annoncées pour la manifestation anti-israélienne. On verra si l’autre se limite aux activistes membres des organisations ayant appelé à ce rassemblement. On verra surtout si l’appel des autorités au port de la kippa sera suivi ou non. L’an dernier, après l’attaque violente filmée en direct par la victime d’un jeune Israélien à Berlin parce qu’il portait une kippa une manifestation importante avait ensuite eu lieu. L’appel du délégué contre l’antisémitisme en faveur du port de la kippa a été une initiative personnelle non préparée avec la société civile. La réponse pourrait, de ce fait, rester modeste et symbolique.

Elections à Moscou: des candidats de l'opposition empêchés de se présenter

Turquie : coup d’État échoué du 15 juillet 2016, le pouvoir continue de sévir

Italie: le plus grand centre d'accueil pour demandeurs d'asile en Europe ferme ses portes

Reconnaissance faciale: une technologie encore loin d'être au point à Londres

Autriche: des routes interdites à certains automobilistes provoquent la polémique