rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
  • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
  • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
  • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
  • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
  • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
  • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
  • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
Littérature sans frontières
rss itunes deezer

Werewere-Liking, écrivaine et artiste d'origine camerounaise, invitée d'honneur en Norvège

Par Catherine Fruchon-Toussaint

À l'occasion du «Norsk Literature Festival» qui se tient actuellement à Lillehammer en Norvège, et où la littérature française est invitée d'honneur cette année, rencontre avec l'écrivaine et artiste Werewere-Liking originaire du Cameroun, et venue de Côte d'Ivoire, participer à ce festival où une partie de son roman «La mémoire amputée» a été traduite en norvégien et présentée au grand public.

Portrait d'une femme qui s'intéresse à tous les arts : écriture, peinture, mise en scène, cinéma... dans «un mouvement pour la renaissance des arts africains, pour la naissance d'une culture panafricaine contemporaine et pour une rencontre et une reconnaissance des cultures du monde noir». C'est aussi grâce à son engagement auprès de la jeunesse qu'elle accueille, depuis 1985, au sein de la communauté du Village Ki-Yi à Abidjan que Werewere-Liking s'est forgé une réputation internationale.

Couverture du roman ©NEI

"Dans la famille, on m'appelle affectueusement Fitini Halla, qui veut dire petite Halla, pour me distinguer de ma grand-mère paternelle dont je suis l'homonyme et que l'on nommait Grande Halla, ou Grand Madja. Je vis sur ma huitième décennie. Je suis définitivement chanteuse, lasse de courir derrière mille métiers. À un moment de ma vie, je suis devenue écrivain et pensais le demeurer, mais je me suis lassée d'écrire vainement (les mots ou des signes qu'aucun des miens ne savait lire. C'est décourageant de décrire des émotions qu'on semble seul à ressentir quand on s'entend toujours dire : « Où as-tu encore été chercher ça ? » pour ce qu'on vit au quotidien avec les siens, auprès d'eux.
Alors j'ai essayé de voir ailleurs et autrement, de produire des choses plus simples : de la nourriture, des habits, des bijoux, et surtout, des chansons qui rendent plus facilement les gens heureux et les rapprochent d'un minimal état de bonheur continuel dans la vie, face aux épreuves comme dans l'aisance. Dès lors, les gens autour de moi semblaient plus en harmonie avec moi." (Début du roman)

En Norvège, au «Norsk Litteraturfestival» de Lillehammer où la France est invitée d'honneur