rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Paradoxe des 28: leurs économies convergent tandis que leurs régions divergent

Par Dominique Baillard

De jeudi à dimanche prochain les électeurs des 28 pays de l'Union européenne sont appelés à voter pour renouveler le parlement européen. Sur le plan politique les divergences n'ont jamais été aussi grandes entre les candidats europhobes populistes en pleine ascension et les europhiles qui peinent à convaincre. En revanche sur le plan économique les 28 États ont plutôt tendance à se rapprocher.

Si on prend les grandes masses, c'est-à-dire le produit intérieur brut de chaque pays, cette convergence est encore invisible parce que l'économie de l'Union européenne est toujours largement dominée par les 5 pays les plus riches. L'Allemagne, la France, le Royaume Uni, l'Espagne et l'Italie représentent les deux tiers du produit intérieur brut de l'union ; cette donnée n'a pas beaucoup changé depuis le précédent scrutin européen de 2014. En termes de produit intérieur brut par habitant, il y a encore des écarts notoires, entre les plus riches, les Luxembourgeois avec leur 75 800 euros annuels, et les plus pauvres, les Bulgares avec un revenu cinq fois moindre (14700 euros) mais il y a bel et bien une dynamique de rapprochement au sein de l'Union européenne.

Les derniers à entrer dans l'Union européenne sont tous dans un processus de rattrapage accéléré

Les 13 pays issus de l'ancien bloc soviétique concernés ont encore un revenu par habitant inférieur à la moyenne européenne qui est de 29 900 euros, mais ils sont tous en train de tendre vers cette barre symbolique. En 2007, quand la Roumanie entre dans l'Union européenne, son PIB par habitant est alors inférieur de moitié à celui de la moyenne européenne, il en représente aujourd'hui les deux tiers. Les Tchèques et les Slovènes sont ceux qui s'en approchent le plus. A l'opposé, le PIB par habitant de 8 pays européens parmi les plus riches a progressé moins vite, voire a reculé. C'est valable entre autres pour les Allemands, les Français, les Néerlandais, les Britanniques et surtout pour les Italiens et les Espagnols.

Les pays de la zone euro qui ont le plus souffert de la crise de la dette ont carrément décroché

Les divergences s'estompent lentement et sûrement dans l'Europe à 28, en revanche depuis la crise financière, elles se sont renforcées au sein de la zone euro. C'est très sensible au sud de l'Europe. L'Espagne, le Portugal, l'Italie et encore plus la Grèce s'éloignent tous de la moyenne européenne. Pour l'Espagne et l'Italie c'est vraiment un déclassement puisque avant la crise ces deux pays avaient un PIB par tête supérieur à ce curseur. L'Espagne a décroché en 2010 et l'Italie en 2012; la situation italienne est à revoir dans un contexte historique plus large: en fait son économie n'a cessé de se dégrader depuis presque 25 ans.

La perception des disparités économiques est beaucoup plus forte au niveau régional.

Certaines études se sont intéressées au PIB par habitant par région et dans ce cas la conclusion est beaucoup moins réjouissante. Dans les pays d'Europe centrale et orientale, ce sont souvent des centres urbains qui portent la croissance du pays tandis que des régions plus reculées se dépeuplent et s'appauvrissent. Dans les pays de la zone euro les plus affectés par la crise certaines provinces ont vu leur PIB par habitant chuter de 20 à 30% par rapport à la moyenne européenne. C'est dans cette Europe morcelée avec des rythmes de croissance très divergents qu'il faut regarder pour comprendre le ressort du vote eurosceptique ou de l'abstention.

►En bref

Aux Etats-Unis Google annonce la suspension de ses relations avec le Chinois Huawei

C'est la première grande entreprise américaine à appliquer le nouveau règlement établi par la Maison Blanche. Les échanges avec des sociétés étrangères de télécommunication jugées dangereuses pour la sécurité nationale sont interdis depuis quelques jours sauf si une autorisation préalable a été accordée par l'administration. La décision de Google risque d'entraver l'essor de la branche smartphone de Huawei. Il ne pourra plus accéder aux applications et aux services appartenant à Google comme Gmail.

Grands contrats d’exportation, la ritournelle des compensations industrielles

Comment l’Organisation internationale du travail fait progresser la justice sociale

France: le gouvernement sous pression face au plan social de General Electric

Le mariage en vue entre Fiat Chrysler et Renault va-t-il pénaliser l’emploi ?