rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Cannes: Netflix toujours recalé du tapis rouge

Par Dominique Baillard

Cette année encore, aucun film Netflix ne sera projeté au Festival de Cannes. Pourquoi est-ce que la France résiste à la plateforme en ligne ?

Depuis 2017, les règles du festival sont strictes : seuls les films d’abord diffusés dans les salles françaises peuvent participer à la compétition. Une clause assortie d’une condition encore plus draconienne : ils devront attendre 36 mois avant de pouvoir être repris sur un format télé.

Défendre les salles obscures face au petit écran est une déclinaison de l’exception culturelle française. Et cela marche plutôt bien : l’industrie française du cinéma est dynamique. Le chiffre d’affaires des exploitants français est aujourd’hui de 1,3 milliard d’euros.

Les Français reprochent aussi à la multinationale américaine de ne pas contribuer suffisamment au financement du cinéma français via l’impôt.

Ce règlement du festival est incompatible avec le modèle économique de Netflix

La plateforme a basé son succès sur l’offre de séries et de films inédits proposés en streaming, pas question pour elle d’y renoncer. Pour le prestige de ses films, elle va donc chercher la consécration de la critique ailleurs, dans les espaces moins regardants sur les principes du 7e art. Son long métrage Roma par exemple, réalisé par le Mexicain Alfonso Cuaron, a décroché le lion d’or à Venise et trois oscars à Hollywood.

Pourtant, les marches du palais lui demeurent interdites. En revanche, la porte du marché international du film de Cannes qui se tient en marge de la compétition lui reste grande ouverte. Et cette année encore Netflix est donc sur la Croisette pour remplir son catalogue.

Netflix doit compter avec la concurrence de nouveaux venus dans le streaming

Amazon, Apple, Disney, Warner, voici quelques-uns des nouveaux géants américains avec des ambitions mondiales. Des plates formes indépendantes existent aussi, elles sont invitées par le marché international pour échanger avec les participants lors d’une journée entièrement consacrée au phénomène du streaming.

Impossible d’ignorer ce nouveau mode de « consommation du cinéma   » qui bouscule toute l’industrie. Les parrains français du cinéma le savent et ils s’en inquiètent parce que ce phénomène émerge au moment où leur modèle est déjà fragilisé.

Les principaux exploitants, Pathé, MK2 et UGC ont une activité d’exploitation en salles, mais ils sont aussi producteurs et distributeurs de longs métrages. Une activité nourrissant l’autre. Mais faire des films devient de moins en moins rentable. Le support DVD n’est plus aussi juteux et le rachat des droits par les télés est de moins en moins évident, étant donné les contraintes budgétaires.

La diffusion en ligne peut-elle tuer les projections en salles ?

Il y a des indices inquiétants en France : la fréquentation en salle a baissé l’an dernier et surtout les jeunes désertent les salles tandis que les quinquagénaires les remplissent de plus en plus. Mais d’autres signaux sont plutôt rassurants : aux États-Unis, la fréquentation des cinémas a augmenté de 5 % en 2018 alors que les abonnements aux plateformes de streaming ont progressé encore plus, de 17 %.

Une étude réalisée par E and Y démontre que ce sont souvent les mêmes personnes qui regardent des films en ligne et qui sortent pour voir un film sur grand écran. On voit aussi que la fréquentation en Europe se porte bien. Elle a progressé au Royaume-Uni, et la France, avec 201 millions de places vendues l’an dernier reste le pays européen où l’on va le plus volontiers se faire une toile. 

 

En bref

En Afrique du Sud le chômage a encore augmenté au premier trimestre, il est maintenant à 27,6 %

Près d’un actif sur trois est à la recherche d’un emploi. C’est la priorité à laquelle Cyril Ramaphosa le président qui vient d’être réélu doit s’atteler au plus vite.

Donald Trump minimise les tensions avec la Chine

Le président américain parle de « petites querelles » et rappelle à la presse que les négociations continuent, une délégation américaine doit retourner en chine, mais pour l’instant aucune date n’a été fixée.

Johannesbourg: le «Uber» des déchets [Les succès de l'économie verte 5/5]

Inde: de la suie transformée en encre [Les succès de l’économie verte 3/5]

De Beers, l’éclat perdu du diamant sud-africain [sagas industrielles 5/5]

Seb, un géant français du petit électroménager [sagas industrielles 3/5]