rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
  • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
  • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
  • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
  • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
  • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
  • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
Vivre ailleurs
rss itunes deezer

Le Conseil d'État en faveur des expatriés français en Europe

Par Corinne Mandjou

Le Conseil d'État, la plus haute juridiction française, vient de rendre une décision fiscale favorable aux non-résidents établis dans l'Espace économique européen (EEE), à savoir les États membres de l'UE, l'Islande, la Norvège, le Liechtenstein et la Suisse. Selon cette décision du 16 avril dernier, les plus-values immobilières réalisées en France par des expatriés affiliés au régime de sécurité sociale d'un des pays cités ci-dessus, ne peuvent pas être soumises aux prélèvements sociaux. Autrement dit, la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 a exonéré de CSG et de CRDS sur les revenus du patrimoine (ou revenus fonciers) et les produits de placement (ou plus-values immobilières), les expatriés français qui relèvent du régime de sécurité sociale d'un de ces États.Les explications de Me Charles-Henry Chenut du cabinet Chenut Oliveira Santiago.

Invité :

Me Charles-Henry Chenut du cabinet « Chenut Oliveira Santiago », avocat des Français de l’étranger et Conseiller du commerce extérieur.

Enquête internationale Mercer 2019 sur le coût de la vie pour les expatriés