rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Si loin si proche
rss itunes deezer

Comores: «Je viens de Ouellah et je vais à Marseille» (2/2)

Par Céline Develay Mazurelle

Durant deux semaines, on vous invite aux Comores, sur la plus grande des îles de l’archipel, Ngazidja, aussi appelée Grande Comore. L’été correspond aux grandes vacances en France, et à 9 000 km de là, aux Comores, c’est la saison où les « Je viens », les Comoriens de la diaspora, rendent visite à leur famille dans leurs terres d’origine. C’est aussi la saison des « grands mariages », des cérémonies souvent fastueuses, animées par les orchestres de taarab.
Et cette semaine, toujours en compagnie de Chebli Msaïdié, artiste comorien passé par Marseille puis Paris, et revenu s’installer au pays, on va se plonger dans ce marathon de fêtes somptueuses et de rituels très codifiés qu’est le « Anda », le fameux « grand mariage » traditionnel comorien. Cette institution, capitale et ancestrale, rythme l’été en Grande Comore comme elle façonne la société comorienne, les rapports d’honneur et de pouvoir. A Marseille, les grands mariages animent aussi la communauté comorienne très présente dans la cité portuaire française. Par contre, la débauche de moyens et d’argent que le « grand mariage » implique est aujourd’hui de plus en plus contestée.

Un reportage en 2 épisodes, entre Marseille et les Comores, de Vladimir Cagnolari.

(Rediffusion du 25 novembre 2018).

En savoir plus :
- Sur le Grand Mariage, lire « Le pouvoir de l’honneur, tradition et contestation en Grande Comore », de Sultan Chouzour, éditions l’Harmattan. Ouvrage ancien mais de référence
- Sur Chebli Msaïdé, aller sur le site de RFI Musique
- Sur le livre de Chebli Msaïdié, publié en France aux éditions Michel Lafon « Sur le chemin du Taarab ».