rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Les dessous de l'infox, la chronique
rss itunes

La Pitié-Salpêtrière: le scénario d'une «attaque» en question

Par Dominique Desaunay

Des manifestants qui défilaient à l’occasion du 1er Mai en France ont-ils réellement « attaqué » l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, comme l’affirmait le « tweet » du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ?

Non, la Pitié-Salpêtrière à Paris, n'a pas été « attaquée » comme l’écrivait le ministre de l’Intérieur.

« Ici, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger », tweetait-il. « Quel degré de débilité faut-il avoir atteint pour s'en prendre à un hôpital ? » résumait ce message décrivant l’état d’esprit des internautes en apprenant la nouvelle.

Les politiques n’étaient pas avares de commentaires. « C'est consternant », « invraisemblable », « on marche sur la tête », « c'est totalement criminel » lisait-on dès mercredi soir.

Des vidéos contredisent le discours officiel

Les nombreuses images, tournées depuis le service de réanimation de l’hôpital et par les manifestants à l’extérieur du bâtiment, ont permis de mieux comprendre le déroulement de l’événement. Des publications qui indiquent clairement, un mouvement de panique de la part des manifestants voulant éviter une charge de police, comme le montre cette vidéo :

Les témoignages corroborant la version selon laquelle il n'y aurait pas eu d'« attaque », a suscité une vague d’indignation de la part des internautes, principalement à travers le hashtag #PitieSalpetriere qui caracolait en tête de liste sur Twitter. « Jouer ainsi avec les #faits est grave », s’emportent-ils. Mais bientôt le ton monte, « vivement la loi sur les #FakeNews que vous soyez inculpé pour vos mensonges d'État » surenchérissent les internautes. Les politiques entrent dans l’arène. Et c’est Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise qui tire le premier « Monsieur Castaner est un menteur, en plus d’être un incompétent » déclare-t-il ou encore Yannick Jadot, tête de liste EELV aux Européennes qui commente, « Christophe Castaner attise la violence. C’est inacceptable ! »

La presse et les médias en prennent pour leur grade

« En 24 h, la presse mainstream s’est retournée, dans cette affaire » écrivent des internautes. « Comment cette désinformation a-t-elle pu se répandre alors qu’il y’a des caméras partout et que tout est filmé » s’interrogent les autres. Telle est la question ! Alors que les smartphones et les réseaux sociaux sont souvent les vecteurs de la propagation des infox, force est de constater qu’ils peuvent aussi barrer la route aux fausses nouvelles.

Premier pas de l'homme sur la Lune: les théories du complot sur les réseaux sociaux

Sri Lanka: un projet de loi prévoyant de criminaliser la publication de fausses informations