rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
  • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
  • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
  • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
  • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
  • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
  • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
Le coq chante
rss itunes deezer

La deuxième édition du Salon international Business On Technology

Par Sayouba Traoré

Le Salon international Business On Technology, c’est un monde singulier, un monde où l’ordinateur occupe une place centrale, où internet est le principal vecteur entre les humains, un monde qui a son langage spécifique, mais qui est tout aussi efficace. La deuxième édition de cette manifestation s’est tenue du 13 au 16 mars 2019, au Pavillon Soleil levant du SIAO en plein Ouagadougou, au Burkina Faso.

 

Une manifestation où on commence par vous parler d’Infoline, de start-up, de portail web, de baladodiffusion, de bureaux à distance, et d’Espaces numériques de travail (ENT), cela a de quoi intriguer le profane que je suis. Question de génération peut-être. D’autant plus que les organisateurs de ce salon dit virtuel ont le soutien du ministère du Développement de l’Économie numérique et des Postes, ainsi que celui du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation. Et ils ont déniché des partenaires en Afrique, en Europe, en Asie, et au Proche-Orient.

Lorsqu’on parle des TICE, c’est-à-dire Technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement, on comprend que l’affaire est sérieuse. Il s’agit de promotion de l’éducation dans un des pays les plus pauvres du monde, et qui consacre une part très importante de ses ressources à l’éducation, alors qu’en 2015, par exemple, le taux d’alphabétisation était de 36% pour la population totale, 43% pour les hommes, et 29,3% pour les  femmes. En clair, il s'agit de mettre en avant les technologies numériques modernes pour les adapter aux besoins du monde de l'enseignement.

Invités :
- Diallo Ben Idrissa, dirigeant de la structure UNICOM
- Richard Guillaume Tony, chargé de mission au ministère de l’Éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales
- Le docteur Tapsoba Fidèle, chercheur au Département technologie alimentaire de l’IRSAT (Institut de recherche en Sciences appliquées et technologies)
- Fatoumata Sory, responsable associative à Banfora dans la région des Cascades, fondatrice du « Grenier du paysan »
- Rokia Traoré, directrice de l’entreprise Ferme d’or basée à Boassa, une zone périurbaine de la ville de Ouagadougou.

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Piedel

L’Assemblée Générale annuelle de l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France

Le développement et la valorisation de l’artisanat dans la commune de Tambaga au Burkina Faso

Une expérience d’agro-écologie à la Ferme de Grand'Maison à Lumigny en Seine-et-Marne

La Fédération nationale de transformateurs d’ananas du Bénin (Rediffusion)

Le Centre de formation professionnelle de Ziniaré (CFPR-Z), au Burkina Faso