rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
  • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
  • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
  • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
  • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
  • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
  • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
Le coq chante
rss itunes deezer

Le développement et la valorisation de l’artisanat dans la commune de Tambaga au Burkina Faso

Par Sayouba Traoré

Entre 80 et 85% des Burkinabè travaillent dans le secteur primaire. Ce secteur dit primaire est composé de l’agriculture, l’élevage, le maraichage en saison sèche, et de l’artisanat. Mais le faible rendement agricole, les méthodes archaïques et les aléas climatiques rendent cette partie de la population pauvre et fragile. Même si l’est du pays bénéficie d’une bonne pluviométrie et dispose de bonnes terres, les problèmes subsistent dans les méthodes de transformation et de valorisation des produits forestiers non-ligneux. Et c’est justement à ce niveau qu’est intervenu un Programme de Valorisation du potentiel agropastoral dans l’Est, en abrégé VALPAPE.

 

Au centre, Madame Konsibo Tankoano, artisane, membre de l’Union mixte Todiyaba des producteurs pour la valorisation des produits forestiers non ligneux de Tambaga et à droite, Sayouba Traoré. © RFI/Sayouba Traoré

Dans la zone qui nous intéresse aujourd’hui, c’est-à-dire la région de l’est du Burkina Faso (provinces de la Tapoa, de la Gnagna et du Gourma), c’est le beurre de karité, le miel, la pulpe et les feuilles de baobab, le moringa, le soumbala qui est un condiment qui représentent ces produits non-ligneux. La problématique, c’est de partir du savoir-faire traditionnel, pour valoriser ces produits forestiers non-ligneux. Le tout est parti d’un projet dénommé Programme de Valorisation du potentiel agropastoral dans l’Est (VALPAPE). L’objectif global de VALPAPE est d’améliorer la sécurité alimentaire, l’accroissement et une sécurisation des revenus des producteurs et productrices agro pastoraux de la région de l’Est.

Nous allons nous intéresser plus particulièrement à la commune de Tambaga, une commune réunissant 31 villages située dans la province de la Tapoa et dans la région de l'est du Burkina Faso. En 2006, le dernier recensement comptabilise 41 137 habitants. A Tambaga, l’action se passe sous la supervision de l’Union mixte Todiyaba des producteurs pour la valorisation des produits forestiers non ligneux. Cette union compte 658 membres, dont 433 femmes, répartis au sein de 42 groupements. Elle est active dans 34 villages.

L’Assemblée Générale annuelle de l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France

Une expérience d’agro-écologie à la Ferme de Grand'Maison à Lumigny en Seine-et-Marne

La Fédération nationale de transformateurs d’ananas du Bénin (Rediffusion)

Le Centre de formation professionnelle de Ziniaré (CFPR-Z), au Burkina Faso