rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

Notre-Dame de Paris: les journaux sont sous le choc ce matin

Par Frédéric Couteau

Ravagée le lundi 15 avril au soir par un incendie apparemment accidentel, la cathédrale Notre-Dame de Paris a été défigurée mais ne s'est pas totalement effondrée grâce à l'intervention des pompiers qui sont parvenus à maîtriser les flammes et sauver sa structure de pierre. Emmanuel Macron a promis de « rebâtir » l'édifice. Revue de la presse française.

855 ans d’histoire partis en fumée en l’espace de deux heures… C’est « notre drame », comme le souligne Libération en première page : les Français sont touchés au cœur après l’incendie hier soir et la destruction partielle de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

« Dans ce quartier touristique, la sidération est tout de suite totale, relate Libération. L’île de la Cité est fermée. De l’île Saint-Louis voisine, on voit la charpente rougie par les braises. Le long de la Seine, sur une berge de l’île Saint-Louis, une foule est rassemblée. Un mélange de Parisiens et de touristes, les yeux tournés vers la cathédrale. Sur l’esplanade de l’Hôtel de Ville, sur les bateaux-mouches, tout le long des quais de Seine, Parisiens et touristes du monde entier ont arrêté leur course, médusés par l’épais panache jaunâtre et les flammes qui grignotent à toute vitesse la toiture de l’édifice. Téléphones brandis, beaucoup filment le désastre, sans un mot. »

« Le désastre » : c’est le grand titre du Figaro

« Des quais de Seine ou sur les écrans des téléviseurs, les Français ont découvert, interdits, les flammes et la fumée qui assaillaient la cathédrale, puis vu la flèche s’effondrer, et ce fut le même mouvement d’effroi : quelque chose de la beauté, de la grandeur, de l’âme de la France s’en allait en fumée, et cette nouvelle était d’une tristesse infinie. »

En effet, s’exclame Le Journal de La Haute Marne, « sidéré, stupéfait, anéanti, bouleversé, incrédule...Chacun d’entre nous a été tout cela à la fois devant le spectacle de Notre-Dame de Paris en feu. »

« Face à cette sidération surgie d’un autre temps, c’est une part d’histoire, de notre patrimoine commun, qui s'est effondrée en direct sous nos yeux, pointe La Nouvelle République du Centre Ouest. Notre-Dame, c’est le cœur de Paris. C’est aussi le cœur de la France puisque c’est à son pied que partent toutes les routes du pays. »

Emmanuel Macron a donc immédiatement annulé son allocution aux Français avant de se rendre sur place…

« Lorsque la décision d’Emmanuel Macron a été annoncée, elle est apparue comme une évidence, relève La Croix. Aucun enjeu politique ne pouvait résister au sentiment de consternation qui submergeait les esprits. »

En effet, pointe La Voix du Nord, « dans ces conditions dantesques, Emmanuel Macron ne pouvait que reporter son intervention enregistrée dans l'après-midi pour se rendre sur place avec la maire de Paris Anne Hidalgo. »

« Les historiens de la politique ne manqueront pas de relever que les flammes de Notre-Dame ont réduit au silence un Président censé éteindre l’incendie social qui couvait dans son pays », commente pour sa part Le Républicain Lorrain.

Emmanuel Macron a promis que la cathédrale serait rebâtie

Et pour L’Est Républicain, « cet incendie nous rappelle une évidence. Sur Terre, même la pierre est périssable. Mais, du grand déménagement du temple d’Abou Simbel à la renaissance de la polonaise Varsovie, preuve nous a été donnée que, au-delà des monuments qui peuvent se reconstruire, c’est un héritage qu’il faut sauver. Au-delà de l’émotion et du choc des images, voilà désormais la tâche qui nous attend. »