rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
Eco d'ici Eco d'ailleurs
rss itunes deezer

Algérie: derrière le tumulte politique, l'atonie économique

Par Jean-Pierre Boris

La démission d’Abdelaziz Bouteflika est loin d’avoir réglé tous les problèmes politiques de l’Algérie. Et c’est la même chose pour les questions économiques. L’économie algérienne repose essentiellement sur sa production et ses exportations d’hydrocarbures, et donc sur les variations des cours mondiaux du pétrole. Lorsque le baril de brut dépassait les 100 dollars, les caisses de l’État algérien étaient pleines et le pouvoir pouvait sans problème piocher dedans pour distribuer des subsides à une population peinant à trouver un emploi. Ce n’est plus le cas depuis 2014, et c’est peut-être ce qui explique la révolte algérienne. C’est en tout cas l’une des questions posées par Julien Clémençot (Jeune Afrique) et Jean-Pierre Boris (RFI) à leur Grand invité de l’économie, El Mouhoub Mouhoud, professeur d’Economie et vice-président de l’Université Paris Dauphine, auteur de nombreux rapports et livres consacrés à l’économie mondiale.