rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Trou d'air sur le marché du palladium

Par Claire Fages

La bulle a éclaté sur le marché du palladium. Le métal blanc principalement utilisé dans les voitures à essence, pour réduire leurs émissions polluantes, a vu ses prix s'effondrer de 11% la semaine dernière.

Si ce n'est pas l'éclatement d'une bulle, c'est un véritable trou d'air qu'a connu le marché du palladium en fin de semaine dernière. Le métal précieux a perdu près de 6% mercredi, et encore 7% jeudi, la pire séance pour le palladium depuis six ans.

Depuis quelques semaines les analystes prédisaient la fin de l'euphorie, qui avait mené, en moins de six mois, au doublement des prix du palladium. Un métal blanc utilisé à 80% pour recouvrir les pots catalytiques des voitures à essence. Or l'essence retrouvait la faveur des acheteurs de voitures suite au scandale des tests sur les voitures diesel plutôt consommatrices de platine.

Ventes de voitures en baisse

Même le directeur général d'Anglo American, le numéro deux mondial du palladium, reconnaissait mercredi que le métal connaissait une bulle. La remontée du dollar a peut-être été le catalyseur de son dégonflement. Les investisseurs, qui bouclaient aussi leurs positions avant la fin du trimestre, ont peut-être fini par intégrer que les ventes de voitures, même si elles favorisent désormais l'essence plutôt que le diesel, sont globalement en diminution en Chine et en Europe sur l'année. Les prix élevés du palladium ont aussi encouragé le recyclage du métal, et donc plus d'offre sur le marché.

Toujours plus cher que l'or

Certains analystes parient désormais sur une chute prolongée des prix du palladium. D'autres estiment qu'il faut tout de même garder en tête le déficit persistant entre la production minière et la demande, sachant qu'il y a peu de gisements hors des deux pays, Russie et Afrique du Sud, qui monopolisent 70% de la production mondiale. Il faudra encore un à deux ans avant de pouvoir remplacer le palladium par du platine, qui n'est pas aussi efficace à éliminer les émissions polluantes dans les pots catalytiques des voitures à essence.
D'ailleurs, le palladium a connu un petit regain depuis jeudi (1 417 dollars ce lundi 1er avril) et il reste toujours plus cher que l'or (1 291 dollars l'once), ce que l'on n'osait pas imaginer encore l'an dernier.

British Steel victime du Brexit et des mauvaises perspectives de l'acier européen

Les terres rares à leur tour otages de la guerre commerciale sino-américaine

La peste porcine en Chine va-t-elle bouleverser le marché mondial de la viande?

Rapport Cyclope 2019: la géopolitique domine les marchés de matières premières

Le prix du pétrole bondit après une attaque de drones sur un oléoduc saoudien

Une contamination du pétrole russe propulse les cours à plus de 75 dollars le baril