rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Huile de palme : Indonésie et Malaisie ripostent à la décision de Bruxelles

Par Claire Fages

La Commission européenne a décidé d'exclure l'huile de palme des biocarburants en 2030. Les deux principaux pays exportateurs, Indonésie et Malaisie, organisent la riposte.

L'Indonésie et la Malaisie fulminent contre la décision de Bruxelles. Dans sa directive du 13 mars, la Commission européenne vient de classer l'huile de palme dans les biocarburants non durables, la moitié de l'expansion du palmier à huile dans ces deux pays asiatiques entre 2008 et 2015 ayant empiété sur les zones à haut stockage de carbone, dont les forêts. Bruxelles imposera à partir de 2023 un plafonnement puis, d'ici 2030, la suppression de l'huile de palme de la liste des biocarburants, ceux qui sont subventionnés au titre de la transition énergétique dans les transports en Europe.

Deuxième débouché

Une décision qui fait mal aux deux géants asiatiques de l'huile de palme, alors que les cours mondiaux sont déjà faibles. L'Europe est le deuxième débouché mondial de cette huile tropicale, derrière l'Inde, et plus de la moitié des importations européennes d'huile de palme étaient destinées aux biocarburants. L'Indonésie et la Malaisie jugent qu'il s'agit d'une décision discriminatoire, par rapport aux autres huiles de colza ou de soja.

Chantage au Rafale

Les autorités de Djakarta veulent porter plainte contre l'Europe auprès de l'Organisation mondiale du commerce et elles encouragent les compagnies indonésiennes à attaquer la directive en justice. Les deux pays asiatiques déclarent qu'ils vont revoir leurs relations commerciales avec les pays européens. Les autorités malaisiennes menacent en particulier de renoncer à leurs achats d'avions de combat Rafale et Typhoon.

Dérogation pour les petits producteurs

Bruxelles a pourtant autorisé l'huile de palme sous certaines conditions dans les biocarburants européens. L'huile de palme provenant de plantations de moins de 2 hectares sera toujours autorisée, pour préserver les petits producteurs. De même que l'huile de palme cultivée sur des terres déjà très dégradées ou utilisant des palmiers à huile à haut rendement, exigeant moins de surface. Ces dérogations inquiètent les écologistes, ils craignent, étant donné la pression sur les terres agricoles dans ces deux pays d'Asie, que les petits producteurs ne fassent progresser leurs plantations aux dépens des tourbières, puits de carbone.
De son côté, la Malaisie semble avoir devancé les nouvelles exigences européennes puisqu'elle expérimente une plantation de palmiers nains deux fois plus productifs à l'hectare.

Les terres rares à leur tour otages de la guerre commerciale sino-américaine

La peste porcine en Chine va-t-elle bouleverser le marché mondial de la viande?

Rapport Cyclope 2019: la géopolitique domine les marchés de matières premières

Le prix du pétrole bondit après une attaque de drones sur un oléoduc saoudien

Une contamination du pétrole russe propulse les cours à plus de 75 dollars le baril

La Bourse de Londres bannit le travail des enfants et la corruption de ses métaux