rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

Olivier Madiba (Kiro'o Games): «Créer des jeux qui règlent des vrais problèmes»

Par Magali Lagrange

La Game Developers Conference, le plus gros rassemblement de professionnels du jeu vidéo au monde, se déroulait du 18 au 22 mars à San Francisco. Selon des études menées par des cabinets de conseil internationaux, l'Afrique ne représente actuellement que 1% du marché mondial du jeu vidéo. Mais le continent représente aussi un fort potentiel pour les acteurs du secteur, puisque plus de la moitié de sa population a moins de 35 ans. Qui aime les jeux vidéo en Afrique ? Où joue-t-on le plus et comment ? Pour en parler, Olivier Madiba, fondateur de Kiro'o Games - le premier studio de jeux vidéo au Cameroun - répond aux questions de Magali Lagrange.

Magali Lagrange : qui sont les joueurs de jeux vidéo sur le continent africain ? Quel âge ont-ils ?

Olivier Madiba : les joueurs de jeux vidéo sur le continent, il y a des enfants qui jouent sur le smartphone de leurs parents, surtout des préados, on a les ados, qui jouent beaucoup à des jeux console, mais ils sont plus limité en quantité. Et on a les jeunes adultes, entre 18 et 35 ans qui jouent sur leurs smartphones.

Est-ce qu’on trouve ces joueurs toutes classes sociales confondues ou est-ce que, comme jouer aux jeux vidéo ça a aussi un coût, c’est plus restreint ?

C’est plus restreint parce qu’il faut être dans des capitales. La plupart du temps, c’est vraiment la population urbaine qui est moyenne – pas au sens occidental, mais au sens africain. Donc, vous avez par exemple des familles de taximan, qui ne représentent peut-être pas le niveau de vie moyen d’un Occidental, mais qui, ici, représente notre vraie classe moyenne. Ce sont des gens qui ont un revenu journalier de 5 000 à 15 000 FCFA. Dans leur entourage il y a des smartphones, du coup.

Sur quel support on joue généralement ? Des smartphones ?

Oui, c’est vraiment les smartphones. Les consoles ont vraiment des coûts trop élevés pour la plupart des ménages africains. Aujourd’hui, une PlayStation 4, c’est dans les 180 000 FCFA, c’est presque un mois entier de loyer d’un fonctionnaire camerounais. (Rires) Donc vous imaginez, un mois entier sur une console, ce n’est pas évident. Et puis, souvent, les consoles ont des types de jeu qui sont plus destinés à des core gamer, ça demande d’avoir du passif, de l’expérience, là où les jeux smartphone sont souvent plus grand public et moins exigeants en termes de culture de jeu.

Qu’est-ce que c’est un core gamer ?

Un core gamer c’est un peu moi, c’est celui qui joue à Street Fighter, à Final Fantasy, à Metal Gear. Donc celui, on va dire, qui est déjà à l’heure de ce qui se fait partout dans le domaine. Le casual gamer c’est plus celui qui va se dire « je suis dans une file d’attente, j’ai Candy Crush dans mon smartphone, je joue pendant 15 minutes et ça va ».

Mais alors, justement, pour jouer sur smartphone, il faut internet ?

Oui, mais en général juste pour télécharger les jeux. Les Africains choisissent beaucoup les jeux qui ne demandent pas de connexion permanente. Mais c’est vrai que ça dépend des villes, parce que, par exemple, au Cameroun, à Yaoundé et Douala, les télécoms ont mis ce qu’il faut pour de la connexion plus ou moins permanente. Ça dépend des villes de chaque pays.

Dans quel pays du continent on trouverait le plus de joueurs ? Où sont les plus grosses communautés de joueurs en Afrique ?

Nigéria, Afrique du Sud, Kenya, je pense. Les pays anglo-saxons avaient déjà pris beaucoup d’avance dans leurs infrastructures télécom et sont en général plus ouverts économiquement à ce genre de concept.

Le géant du web, Google, a présenté sa future plateforme de jeux vidéo en streaming, cette semaine, est-ce que c’est par là que peut passer, selon vous, l’avenir du jeu vidéo en Afrique ?

Il y a un énorme potentiel. Parce que, en effet, tout le monde pourra jouer à des jeux de très bonne qualité sans avoir le matériel qu’il faut. Par contre, le gros défi, ça va être le retard d’infrastructures. Parce que là Google se le permet parce que vous aurez la 5G en Occident d’ici 2021 environ. Alors que nous, si je ne veux pas être trop pessimiste, ce sera du côté de 2030 qu’on aura fait le saut effectif pour de la 5G palpable. Ça peut arriver plus vite, mais pas avant 2025. Il y a tout de même un gros potentiel, c’est clair.

Donc l’avenir du jeu vidéo en Afrique, l’avenir à moyen terme c’est quoi ? Plus de jeux sur smartphone encore ?

Déjà, je vais donner un truc : si vous faites des jeux vidéo en Afrique, il faut complètement changer de paradigme. L’image que j’aime souvent donner, c’est que les jeux vidéo comme Zelda ont marché en Europe parce qu’ils capitalisaient sur une culture du cinéma et du livre qui avait beaucoup installé l’univers de la cape et de l’épée – par exemple – dans l’imaginaire des enfants. En Afrique, ce que nous avons observé, c’est que souvent les gens ont tellement de problèmes que le fait d’aller tuer des dragons n’est pas forcément très alléchant dans leur esprit. Par contre, prenez une tout autre piste : essayez d’imaginer créer des jeux qui règlent de vrais problèmes, ou du moins qui expliquent comment régler de vrais problèmes, là vous tenez une formule. C’est ce que Kiro’o est en train de faire.

Mais ça, c’est très lié au quotidien des gens. Est-ce que les joueurs de jeux vidéo, en Afrique comme ailleurs, n’ont pas envie de s’évader quand ils jouent ?

Ah non ! Y a un truc qui est phénoménal chez nous, c’est qu’on adore, au contraire, le fait de pouvoir simuler notre réalité, mais en nous donnant une réécriture et un pouvoir là-dessus. On est très sous pression dans notre environnement. Donc si vous faites un jeu où vous me donnez le moyen de contrôler l’environnement dans lequel je vis, en fait c’est plutôt ce que moi je veux le plus vivre. L’évasion, ça vient chez les enfants, par contre.

Football: «La FIFA prête à couper une tête à la CAF» (Vincent Chaudel)

Père Bernard Kinvi (Centrafrique): «Ce conflit n’a pas une dimension religieuse»

Burkina Faso: «L'armée reprend la main», pour le porte-parole du gouvernement

Présidentielle en Mauritanie: Sidi Ould Domane, porte-parole de Mohamed Ould Ghazouani, invité de RFI

Ablassé Ouedraogo dénonce la gouvernance «mouta mouta» du président Kaboré

Akere Muna: «C'est à l'État de reconnaître qu'il a dépensé tout son capital de confiance»

Gl. Hanena Sidi (G5 Sahel): «Le matériel n’arrive pas comme je l'aurais souhaité»

Bobi Wine (chanteur et opposant ougandais): «Je prône une révolution pacifique»

Attaque d'un village au Mali: «Nous demandons la collaboration des populations»

«La malnutrition infantile en RDC est l'un des principaux problèmes de développement»

Abdallah Wafy: «En réponse au terrorisme, il n'y a pas que le "tout sécuritaire"»

Gaz et pétrole au Sénégal: l'opposant Ousmane Sonko «charge Macky Sall»