rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Atelier des médias
rss itunes deezer

Assises du journalisme 2019: «#lesmédias, tous les mêmes?»

Par Steven Jambot

À Tours, où se tenaient les 12e Assises internationales du journalisme, l'Atelier des médias a discuté avec le directeur du quotidien algérien El Watan, un historien des médias, un reporter du média français Brut qui s’est distingué dans la couverture du mouvement des « gilets jaunes », et un journaliste confirmé qui a fait de la déontologie son cheval de bataille.

Au vu de l'actualité de ces dernières semaines en Algérie, la venue à Tours d'Omar Belhouchet, directeur d'El Watan, était l'occasion de lui demander comment le grand quotidien algérien francophone s'est emparé éditorialement des manifestations.

De l'autre côté de la Méditerranée, en France, la confiance dans les médias est sérieusement entamée. Mais la situation est encore plus grave : les pressions et les attaques contre les journalistes et les médias se sont encore accrues en 2018. Au point d’être une menace pour le « bon fonctionnement de la démocratie ». C’est le triste constat de l’Observatoire de la déontologie de l’information, qui a publié jeudi 14 mars 2019 son rapport annuel. « Le problème s’aggrave », s’alarme l’ODI. Mais il n’est pas neuf, nous a rappelé un historien des médias, Alexis Lévrier.

D’après le dernier baromètre Viavoice, 91 % des Français jugent que le journalisme est un métier « utile ». Mais près de deux Français sur trois estiment que les médias « disent tous la même chose ou presque ». Le mouvement des «gilets jaunes» a peut-être encore accentué ce sentiment puisqu’un Français sur deux juge qu’il a été mal couvert par les journalistes.

Toutefois, un média s’est distingué et n’a pas subi sur le terrain la vindicte populaire, contrairement à d’autres rédaction. Il s’agit de Brut, dont un reporter est spécialisé dans la couverture d’événements en direct en vidéo. Il s'appelle Rémy Buisine et par son approche sans filtre et sur la durée, il a su dialoguer, en tant que journaliste, avec des «gilets jaunes», malgré le fort ressentiment de certains d’entre eux contre les médias.

La profession, dans son ensemble, a encore beaucoup à faire pour gagner en considération. Pour que les journalistes ne soient pas perçus comme des « gêneurs » du débat public, il leur faudra faire une autocritique poussée, nous a enfin expliqué Pierre Ganz, vice-président de l'Observatoire de la déontologie de l'information, et auteur de « Chroniques de déontologie », paru chez Riveneuve.

Former des journalistes en Afrique de l’Ouest: l’exemple du Cesti, à Dakar

Comment la presse utilise les cartes pour informer et raconter des histoires

Informer via WhatsApp en Afrique francophone: Radio Iwacu et Studio Kalangou

Des journalistes Renvoyés spéciaux interviennent dans les lycées français