rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Etats-Unis: le charbon, une industrie en déclin

Par Anne Corpet

La chronique des matières premières est aujourd’hui consacrée au charbon : une industrie en déclin aux États-Unis malgré les efforts continus de l’administration Trump pour soutenir le secteur. L'été dernier encore le président l'assurait « le charbon est de retour ». Mais les chiffres de sa propre administration prouvent au contraire que le secteur continue de régresser.

« Trump l’apprend à ses dépens : lutter contre la gravité universelle est difficile », titrait récemment le Washington Post pour illustre le déclin inéluctable du charbon malgré les efforts du président. En 2018, les fermetures de centrales à charbon ont atteint un nombre record et la consommation de charbon aux Etats-Unis était à son plus niveau depuis 39 ans.

Selon le rapport annuel du département américain de l’Energie, publié en janvier dernier, la production de charbon va décliner de 21 %  au cours des vingt prochaines années. Une chute encore plus rapide que celle annoncée il y a deux ans, quand le plan Obama pour la protection de l’air était toujours en vigueur. Fin février, les propriétaires d’une des plus importantes centrales à charbon du pays, située dans l’Arizona, ont annoncé sa fermeture. Deux semaines plus tôt, une autre entreprise avait déclaré que deux centrales dans le Kentucky étaient condamnées, malgré l’intervention personnelle du président, qui sur Twitter avait plaidé pour le maintien en activité d’une de ces unités.

La dérégulation massive du secteur imposée par l’administration Trump, les aides fédérales octroyées pour maintenir à flot les usines vieillissantes n’ont pas suffi à enrayer la chute du secteur. Face à une demande d’électricité stable, le gaz naturel, qui a connu des gains de productivité beaucoup plus rapides que prévu, offre une alternative moins chère que le charbon. Les énergies renouvelables continuent d’attirer les investisseurs, sous la pression d’une clientèle soucieuse des enjeux environnementaux. Selon le patron de NextEra Energy, le coût de construction d’unités solaires et éoliennes est inférieur à celui de l’entretien des centrales à charbon existantes.

Le déclin de l’industrie n’est pas né d’une guerre contre le charbon menée par les administrations précédentes comme l’a souvent dénoncé le président américain, il est simplement le résultat des réalités économiques. Donald Trump continue de clamer son soutien total au secteur. Mais aider les communautés affectées par la fermeture des centrales à charbon à trouver d’autres débouchés serait sans doute plus utile que de continuer à se battre contre les forces du marché.

Nickel calédonien: la décision de la SLN d'exporter du minerai brut fait polémique

Les États pétroliers du Moyen-Orient veulent contrôler le maillon du négoce

Sri Lanka: neuf plantations de thé équitable accusées de violer le droit du travail

Soja et déforestation: la vigilance des entreprises françaises insuffisante

Huile de palme : Indonésie et Malaisie ripostent à la décision de Bruxelles