rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une: pour un pacte social et écologique

Par Frédéric Couteau

C’est l’intitulé du quasi-programme politique présenté par Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique, aux côtés de 19 associations, ONG et syndicats, dans une tribune publiée dans Le Monde.

Nicolas Hulot s’explique : « cette coalition veut rendre définitivement indissociables l’enjeu écologique et l’enjeu social. Ce n’est pas un front de dénonciation, mais de proposition. Notre responsabilité, dans un contexte très tendu, au niveau national, européen et, plus encore, au niveau mondial, est de ne pas rester dans le constat, mais d’aller vers la construction, dans la proposition, d’additionner les intelligences et cesser de les opposer. »

Pour Laurent Berger, « l’ambition sociale n’est pas antinomique du respect de l’environnement et de l’ambition écologique, et doit être au contraire construite de façon concomitante. »

Financer la transition !

Alors concrètement, Nicolas Hulot et Laurent Berger font 66 propositions. « L’éventail abordé est large, pointe Le Monde, avec des propositions plus ou moins abouties – et rarement chiffrées. Les premières, concernant 'l’accès à un logement digne', avec l’encadrement des loyers, la lutte contre les 'passoires énergétiques en finançant leurs rénovations' traduisent la volonté de lier revendications sociales et exigence écologique. De même, l’accès à une 'nourriture saine et écoresponsable' ou encore les propositions sur le développement des 'mobilités plus durables' et la sortie 'de la dépendance aux énergies fossiles'. »

Qui plus est, relève encore Le Monde, « la question de la fiscalité, que les signataires veulent 'écologique, solidaire et sociale', est centrale dans le projet. Sur le sujet sensible de la taxe carbone, les organisations se sont accordées sur l’adoption d’'une trajectoire de la taxe carbone compatible avec l’accord de Paris' et le fait de 'reverser l’ensemble des recettes de la fiscalité écologique aux ménages et au financement de la transition'. Un axe majeur du projet est de +sortir les investissements verts du déficit public dans les règles européennes'. »

Un projet alternatif

Commentaire du Monde : « cette initiative esquisse, pour aujourd’hui et pour demain, un projet de société et un modèle de développement, en clair un projet politique alternatif. (…)

Que proposent Nicolas Hulot et Laurent Berger ? Au-delà des grands mots et des grands sentiments, répond Le Monde redonner à chacun le pouvoir de vivre dignement, réconcilier transition écologique et justice sociale, partager le pouvoir entre gouvernants et citoyens –, bon nombre de leurs propositions vont à rebours de la politique ou de la philosophie du gouvernement. (…) Enfin, ils mettent en garde le chef de l’Etat contre la tentation, 'l’erreur', insistent-ils, de penser 'qu’il est encore possible de décider seul des conclusions' à tirer du grand débat. La réponse appartient à Emmanuel Macron. Mais, estime encore Le Monde, il lui sera difficile d’ignorer cette interpellation. »

Libération exprime également tout son intérêt : « ces 66 propositions sont fondées sur l’urgence climatique et se situent, non dans un cadre électoral, mais dans celui du grand débat lancé par Emmanuel Macron pour sortir de la crise des gilets jaunes. D’un réformisme assumé, elles dessinent aussi un 'projet de société' égalitaire et écologique. (…) Hulot et Berger ont réussi à se mettre d’accord au prix de discussions approfondies et de concessions mutuelles. Ils annoncent même que leur coopération se poursuivra à l’avenir, comme une plateforme alternative à la gauche trop divisée. Tout le contraire, pointe Libération, de la course de très petits chevaux que vont se livrer les partis progressistes au cours des élections européennes. »

Ecoutés ?

« Nicolas Hulot et Laurent Berger proposent un big bang fiscal et sociétal, s’exclame Le Républicain Lorrain. Au passage, ils réinventent la 2e gauche, sans crainte d’un pied de nez adressé aux tenants de la course à l’échalote. L’écologiste en rupture de ban et le syndicaliste, tout aussi remonté contre la verticalité jupitérienne jettent les bases d’un autre modèle de développement. »

En effet, renchérit La Croix, « il y a là un remarquable stock d’idées. On peut y piocher comme on peut s’inspirer de sa cohérence pour bâtir une réponse à la crise que traverse le pays. »

« Ceux-là ne font pas du caillassage de la police leur gymnastique hebdomadaire, pointe La République des Pyrénées, ceux-là ne promettent pas la guillotine aux élus en général et au président de la République en particulier, ni ne font commerce des 'colères' populaires : c’est au nom de leur expérience et leur expertise dans les domaines sociaux, environnementaux et humanitaires qu’ils s’autorisent à intervenir dans le débat public. Bref, il s’agit là de 'corps intermédiaires' qui gagneraient à être écoutés attentivement par Emmanuel Macron et son gouvernement quand il s’agira d’extraire des propositions du 'grand débat national'. »

Taxation des GAFA : le premier pas

« La France passe à l’offensive pour taxer les géants du Net » : c’est le grand titre du Figaro…

En effet, « après l’échec du projet européen, Bruno Le Maire présente ce mercredi en conseil des ministres les contours de la 'taxe Gafa' tricolore. Il table sur 500 millions d’euros. »

Pour Le Figaro, c’est « un premier pas : soyons réalistes, cette piqûre de mouche à 500 millions d’euros ne bouleversera pas la vie des Google, Amazon, Facebook et autres Apple. Mais plus que par son montant, la 'taxe Gafa' est importante pour ce qu’elle signifie : une volonté politique de réguler enfin - un peu - ces nouveaux maîtres du monde. »

Pourquoi Mbappé est-il si fort ?

Enfin, à quelques heures du match retour du PSG contre Manchester United pour une place en quarts de finale de la Ligue des champions, Le Parisien s’interroge : « pourquoi Mbappé est-il si fort ? »

Eh bien, répond le journal, parce qu’il apprend vite et parce que son physique évolue… « Outre son talent exceptionnel et ses capacités physiques hors normes, il épate surtout par sa capacité à apprendre aussi vite qu’il court, analyse Le Parisien. Il y a un an, on lui reprochait son individualisme, son arrogance, sa nervosité dans les moments de stress. Il sait jouer collectif, faire preuve de modestie et semble imperméable à la pression et à la provocation. A 20 ans, conclut Le Parisien, Kylian Mbappé est déjà devenu Monsieur Parfait, un superhéros français. Bien réel, unique et précieux. »

A vérifier ce soir, donc, contre les Anglais…

À la Une: qui est derrière l’attaque des pétroliers dans le détroit d’Ormuz?

À la Une: l’opération secrète de retour en France des enfants de jihadistes