rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une: la défaite provisoire de Trump dans la bataille du «shutdown»

Par Norbert Navarro

Donald Trump a fini par céder. Tout du moins provisoirement. « Au 35e jour du "shutdown", la mise à l'arrêt d'une partie du gouvernement fédéral faute de budget, le président (américain) a accepté (de) signer une mesure de financement temporaire qui permet de payer les fonctionnaires et de remettre l'administration au travail jusqu'au 15 février prochain. Elle ne prévoit aucun fonds pour l'édification du mur » à la frontière que les Etats-Unis partagent avec le Mexique, pointe Le Figaro. Pour ce quotidien, c’est « sous la pression » que Donald Trump « recule ».

L’embarras des « chavistes » français

A quelques heures d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, le bras de fer qui se poursuit au Venezuela met dans l’embarras la gauche radicale en France. La tension est toujours aussi forte à Caracas, où le président du chef Juan Guaido, qui s'est, rappelons-le, autoproclamé président par intérim du Venezuela avec le soutien des États-Unis, appelle toujours à la mobilisation contre le président de la République Nicolas Maduro, lequel s’est dit « prêt » à rencontrer Guaido.

Et, en effet, ce bras de fer résonne comme en écho au sein de la classe politique en France. Comme le souligne le journal La Voix du Nord, le chef de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon crie au coup d'État au Venezuela « sans dénoncer le régime. Les communistes se retrouvent derrière Moscou. Et sur les réseaux sociaux, on n'hésite pas à comparer Macron et Maduro ! », pointe encore ce quotidien du septentrion français.

« Il doit être compliqué depuis quelques jours d'être un député de la France insoumise surtout si l'on souhaite rester dans les bonnes grâces de Jean-Luc Mélenchon, raille Le Courrier picard. Le mouvement des gilets jaunes et les blessures graves subies par des manifestants leur ont donné l'occasion de dénoncer les "dérives" du président Macron. (...) Les images venues du Venezuela ont replacé le clocher au milieu du village et les Français ont pu découvrir le vrai visage d'un régime autoritaire (…) Là-bas on ne tire pas des balles en caoutchouc mais des balles réelles ; là-bas on ne ressort pas libre après 48 heures de garde à vue mais, si on est veinard, mutilé après plusieurs jours de torture sans pouvoir espérer obtenir justice un jour devant un tribunal », énonce donc Le Courrier picard.

Du rififi à la CPI

La Cour pénale internationale en pleine zone de turbulences… Déjà secouée par le passé lors du scandale Ocampo, du nom de son premier procureur, puis par l’acquittement du leader congolais Jean-Pierre Bemba, la CPI est sous le choc de l’acquittement de Laurent Gbagbo. Elle est « au bord de l’implosion », énonce Mediapart. L’acquittement de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo le 15 février dernier fut « une défaite en rase campagne pour le bureau du procureur. Une de plus », bucheronne ce journal en ligne, en référence à l’acquittement de Jean-Pierre Bemba. Mais celui de Laurent Gbagbo fut sans doute « le fiasco de trop pour la Cour pénale internationale ». Mediapart souligne aussi que, dans le procès Gbagbo-Blé Goudé, les juges ont estimé qu’ils n’avaient pas même besoin d’entendre la défense et son lot de témoins pour prononcer « ces deux acquittements », y voyant un « affront ultime pour le bureau du procureur ».

La CPI ? « C’est désormais son avenir qui est en jeu », une profonde réforme étant jugée « indispensable par bon nombre d’acteurs et d’Etats membres » ; et l’actuelle procureure, Fatou Bensouda, « semble très mal partie pour pouvoir briguer un nouveau mandat », prédit Mediapart.

Hidalgo appelle la police

La maire de Paris annonce la création d’une police municipale dans la capitale. Un vrai revirement. Jusqu’à présent, Anne Hidalgo n’en voulait pas. « Cap sur la sécurité pour Anne Hidalgo », lance Le Parisien, lequel journal, par ce titre, souligne en effet le changement de cap de la maire de Paris sur cette question sensible. C’est une évolution qui « fera date », admet du reste Anne Hidalgo dans les colonnes du Parisien, mais « compte tenu du consensus des Parisiens sur le sujet et de la nécessité de nommer les choses, j’ai décidé de créer une police municipale (…) dès 2020 », dit-elle à ce journal, avant de préciser que les agents de cette police municipale parisienne seront équipés de matraques et de bombes lacrymogènes, « mais pas d’armes à feu ».

Léger recul du chômage en France

Le chômage a légèrement reculé l’an dernier. Officiellement, la France comptait 53 000 chômeurs de moins en 2018 qu’en 2017. C’est une « première » depuis 2009, souligne Le Figaro, et cette baisse « n’était pas gagné d’avance ». 53 000 chômeurs de moins, c’est une « embellie » mais cela laisse tout de même 6,574 millions de personnes au chômage en France, complète ce quotidien. Seule solution, la « persévérance », insiste Le Figaro. Lequel journal prône une politique « probusiness », qu’il trouve « à peine esquissée, que la gauche et les antisystème adorent tant détester, (mais qui) conditionne tout le reste ».

Alerte à l’Europe en péril

A quatre mois des élections européennes, 30 écrivains internationaux tirent la sonnette d’alarme ce matin, il y a le feu dans la maison commune. C’est le journal Libération qui publie appel « rédigé » par le philosophe et essayiste français Bernard-Henry Lévy et signé, en effet, par une trentaine d’écrivains de toutes nationalités, parmi lesquels des prix Nobel de littérature, Elfriede Jelinek, Herta Müller, Orhan Pamuk ou encore Mario Vargas Llosa.

« Nous n’avons plus le choix. Il faut, quand grondent les populismes, vouloir l’Europe ou sombrer, clame ce texte. Il faut dans l’urgence sonner l’alarme contre les incendiaires des âmes qui, de Paris à Rome en passant par Dresde, Barcelone, Budapest, Vienne ou Varsovie, jouent avec le feu de nos libertés », enjoint encore ce message.

« Ce texte est un cri de ralliement, estime Libération : le temps de la défensive est passé. (…) L’Europe est plus solide qu’on ne le croit (…) Mais elle est souvent (…) décevante (…) Elle peut, elle doit, redevenir un idéal. »

À la Une: qui est derrière l’attaque des pétroliers dans le détroit d’Ormuz?

À la Une: l’opération secrète de retour en France des enfants de jihadistes