rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

La naissance laborieuse du nouveau traité franco-allemand

Par Pascal Thibaut

Emmanuel Macron et Angela Merkel se retrouvent aujourd'hui à Aix-la-Chapelle, en Allemagne. Là même où ils ont tous les deux reçu le prix Charlemagne pour leur engagement européen. Le président français et la chancelière allemande veulent signer un nouveau traité franco-allemand, 56 ans après le précédent.

Un nouveau traité franco-allemand, on en parle depuis des années. L’initiative la plus récente est venue d’Emmanuel Macron qui l’a évoqué à l’automne 2017. Le président français voulait que le nouveau texte soit prêt il y a un an déjà. Les retards à l’allumage du nouveau gouvernement allemand ont eu raison de ce calendrier. Les négociations ont été laborieuses. Un texte assez court, en anglais, a d’abord été élaboré. A l’arrivée, le nouveau traité « de coopération et d’intégration franco-allemand » est sensiblement plus long.

Deux idées principales le motivent : avoir un texte qui entérine l’alliance franco-allemande et pour contrer, à quatre mois des élections européennes, les forces centrifuges et nationalistes à l’œuvre. Et au-delà, le texte est aussi un plaidoyer pour le multilatéralisme.

Que prévoit le nouveau texte ?

Le traité d’Aix-la-Chapelle débute sur l’Europe. La France et l’Allemagne veulent autant que possible harmoniser leur position sur les dossiers européens. Un conseil d’experts économiques franco-allemand est créé ce qui peut être utile lors qu’on diverge sur différents dossiers voire l’approfondissement de la zone euro ou la taxation des géants du numérique pour prendre deux exemples actuels.

La coopération militaire doit être renforcée entre les forces armées, mais aussi pour développer des projets industriels dans ce secteur.

Le traité prévoit des dispositions en faveur de la coopération transfrontalière pour simplifier les dispositions juridiques qui parfois empêchent une coopération concrète. Un fonds citoyen doit permettre de financer des jumelages - plus de 2000 - ou des projets entre les sociétés civiles. Une idée qui rappelle l’exemple le plus connu créé par le traité de l’Elysée : l’Office franco-allemand pour la jeunesse (Ofaj).

Quelles réactions a suscité ce nouveau traité ?

D’un côté, certains soulignent le fait qu’il existe et qu’il s’agit d’une prise de position pro-européenne à un moment où le continent est fragilisé.

Mais on aurait pu aller plus loin. Le traité a été géré côté français en direct par l’Elysée, en Allemagne par le ministère des Affaires étrangères et non directement par la chancellerie qui aurait pu plus facilement s’imposer. Car le texte a été envoyé à tous les ministères concernés où des bureaucrates ont sorti leur stylo rouge pour effacer ce qu’il leur paraissait trop visionnaire, comme le renforcement de l’euro, la garantie des droits sociaux, l’intégration des migrants ou encore un institut pour des sujets sur l’environnement.

Les parlementaires du Bundestag auraient souhaité aller plus loin. Ils ont fait pour cela de nombreuses propositions. Ils ont d’ailleurs produit leur propre texte qui prévoit la création d’une assemblée parlementaire commune avec l’Assemblée nationale. Cent députés des deux pays y siégeront. La signature de cet accord devait se faire aujourd’hui à Paris et à Berlin. Au dernier moment, les deux gouvernements ont organisé la cérémonie d’Aix-la-Chapelle, volant la vedette aux parlementaires frustrés. La coordination franco-allemande affichée a encore des progrès à faire.

Allemagne: quasi-fin du «Soli», l’impôt de solidarité finançant la réunification

Suède: l’histoire d’un jeune réfugié afghan, gardien de chèvres à Stockholm

République tchèque: Prague Pride, une semaine de fête pour les droits des LGBT+

Allemagne: les réfugiés arrivés il y a 4 ans s'intègrent de mieux en mieux

Ukraine: les députés en stage intensif pour apprendre les rouages de la politique

Des villages des Dolomites durement frappés par la tempête Vaia se relancent de manière inédite