rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Ici l'Europe
rss itunes deezer

Pierre Vimont, diplomate: «un espace politique européen se développe»

Par Anissa El Jabri, Caroline de Camaret (F24)

Pierre Vimont, chercheur associé à la fondation Carnegie Europe, de l'ONG « leaders pour la paix », ex-ambassadeur de France à Bruxelles entre 1999 et 2002, ex-secrétaire général exécutif du Service européen pour l'action extérieure de 2010 à 2015, et ancien directeur du Cabinet des ministres des Affaires étrangères de Jacques Chirac entre 2002 et 2007, est l’invité d’ «Ici l’Europe» cette semaine.
Sur la vague populiste qui s’annonce aux européennes de la fin mai 2019, Pierre Vimont qui a, en 2017, comme 60 autres diplomates, apporté son soutien à Emmanuel Macron, juge qu’il faudrait « un réel effort à tous ces partis pour l’instant affiliés à différents groupes au Parlement européen, pour se réunir ».

Car, estime-t-il, « sur des sujets aussi importants que la Russie ou l’immigration, on voit qu’ils ne sont pas forcément d’accord entre eux ».

Faut-il s’attendre à une rupture du cordon sanitaire droite/extrême-droite ? Pierre Vimont répond par l’affirmative : « c’est un problème qu’on voit dans beaucoup d’Etats membres, on le voit actuellement en Suède où la recherche d’une nouvelle coalition se heurte précisément à cette question, on le voit en Andalousie, où la question s’est posée entre les démocrates-chrétiens espagnols (le Parti Populaire) et le parti d’extrême-droite Vox ».

Pierre Vimont s’est aussi exprimé sur le Brexit « Ça peut être un casse-tête si les Britanniques demandent un délai supplémentaire » et sur le soutien de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles aux Gilets jaunes : « une forme d’ingérence ».

«De plus en plus probable qu’on puisse arrêter le Brexit», selon Richard Corbett

Nasser Kamel, secrétaire général de l’UPM: «le pire est derrière nous»

Pour Manuel Valls, les indépendantistes catalans sont nationalistes et suprémacistes

Enrico Letta: «Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique»

Alex Stubb, le Finlandais qui veut diriger la droite européenne et la Commission

Maros Sefcovic favorable à la convergence des salaires entre l'Est et l'Ouest