rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Les dessous de l'infox, la chronique
rss itunes

Attentat et complotisme

Par Sophie Malibeaux

L’attentat de Strasbourg n’a pas donné lieu au rétablissement de l’état d’urgence. Certains l’ont déploré, comme le député LR Eric Ciotti, qui demandait l’arrêt des manifestations des « gilets jaunes », expliquant que toutes les forces de l’ordre devaient se concentrer sur la lutte contre le terrorisme à la suite de l’attaque de Strasbourg, et d’en appeler au rétablissement de l’état d’urgence. Une posture adoptée par un certain nombre de responsables politiques, au risque d’alimenter les théories du complot circulant sur les réseaux.

Pour Eric Ciotti , la « loi de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme » (loi Silt) ne permet pas de faire face à la situation : « La loi Silt c’est 10% de l’état d’urgence, c’est 10% de l’application de l’état d’urgence en matière d’assignations à résidence et de perquisitions administratives. » affirme le député.

Mais, en réalité, cette loi adoptée il y a un peu plus d’un an après la levée de l’état d’urgence permet beaucoup plus que cela, c’est bien pour cette raison que les organisations de défense des droits de l’homme l’avaient critiquée lors de son adoption en octobre 2017.

Quand l’extrême droite confond censure et lutte contre la désinformation