rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Chine: croissance de +6,6% en 2018, plus faible niveau en 28 ans (officiel)
  • Chine: la croissance a ralenti à +6,4% sur un an au 4e trimestre 2018 (officiel)
  • Chine: la production industrielle en hausse de 6,2% sur un an en 2018
  • Israël annonce qu'il mène des frappes sur des cibles iraniennes en Syrie
  • Présidentielle au Sénégal: le Conseil constitutionnel maintient sa liste de 5 candidats. K.Sall et K.Wade sont définitivement exclus
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Les Grecs évitent de justesse une nouvelle baisse des retraites

Par Charlotte Stiévenard

Quatre mois après la fin des mémorandums, le gouvernement a fait supprimer les nouvelles coupes prévues depuis un an et qui concernaient les retraites des Grecs.

Mardi, à l’unanimité, le Parlement grec a adopté un projet de loi qui annule ces mesures. Elles avaient été votées en 2017 sous pression des créanciers. Le gouvernement d’Alexis Tsipras avait alors promis d’économiser 2% du produit intérieur brut (PIB) après 2019, soit après la fin des plans d’aide avec une nouvelle coupe dans les retraites.

Mais il y a trois semaines, la Commission européenne a approuvé le budget grec, sans cette baisse. Le gouvernement d’Alexis Tsipras estime qu’il peut atteindre les objectifs d’excédents budgétaires primaires sans nouvelle coupe et table sur une croissance de 2,5% l’année prochaine, contre 2,1% cette année.

Des « cadeaux » à l’approche des élections

D’autres mesures ont été votées comme le recrutement de personnel permanent pour l’aide aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, ainsi que la subvention à la sécurité sociale des jeunes de moins de 25 ans. Dans son discours, le chef du parti conservateur de la Nouvelle démocratie Kyriakos Mitsotakis a fait cette accusation au Premier ministre grec : « N’avez-vous pas honte de jouer au père Noël ? ». Alexis Tsipras s’en est défendu.

En effet, dans son discours devant le Parlement, Alexis Tsipras a déclaré qu’il « rétablissait les injustices causées par l’austérité sévère et sans précédent » des dernières années. En huit ans de crise, les retraités grecs ont déjà subi plus d’une dizaine de coupes. Les pensions grecques ont baissé en moyenne de 20% à 40% selon la Banque mondiale. Et une étude récente de la GSEVEE, l’Institut des petites entreprises de la Fédération générale des professionnels de l’industrie et du commerce, montre que malgré ces coupes, les retraites restent la principale source de revenus pour plus de la moitié des ménages grecs. Dans un pays où les aides sont peu nombreuses, les grands-parents jouent souvent le rôle d’amortisseur social.

Une nouvelle baisse catastrophique

La coalition au pouvoir est déjà fragilisée par l’accord sur le nouveau nom de l’Ancienne République yougoslave de Macédoine. Ces nouvelles baisses auraient pu lui être fatales. Pendant le débat au parlement ce mardi, Panos Kammenos, le partenaire de coalition, chef des souverainistes des Grecs indépendants a réaffirmé qu’il ne soutiendra pas le gouvernement sur cette question. Et l’année prochaine s’annonce particulièrement chargée en élections entre les municipales et les Européennes au printemps et si rien ne change d’ici là, les élections législatives en septembre prochain.

Allemagne: Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, figures politiques emblématiques

Italie: le mouvement Cinq étoiles rêve de s'allier avec les «gilets jaunes»

Il y a 40 ans, «Holocauste»: une famille juive persécutée par les nazis sur les écrans

Portugal: Machado, leader d’extrême-droite convié par des médias, fait polémique

Royaume-Uni: le soutien aux femmes mariées de force à l’étranger en question