rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Chine: croissance de +6,6% en 2018, plus faible niveau en 28 ans (officiel)
  • Chine: la croissance a ralenti à +6,4% sur un an au 4e trimestre 2018 (officiel)
  • Chine: la production industrielle en hausse de 6,2% sur un an en 2018
  • Israël annonce qu'il mène des frappes sur des cibles iraniennes en Syrie
  • Présidentielle au Sénégal: le Conseil constitutionnel maintient sa liste de 5 candidats. K.Sall et K.Wade sont définitivement exclus
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Crimes sexuels au Vatican: une ancienne religieuse violée témoigne

Par RFI

Les abus sexuels n’en finissent pas de faire scandale dans l’Eglise catholique. Y compris au plus haut sommet, c’est-à-dire au Vatican. La semaine dernière, une ancienne religieuse a témoigné lors d’une conférence sur la place des femmes dans l’église de son expérience traumatisante. Elle a été sexuellement agressée par un prêtre, qui travaille à la très sérieuse Congrégation pour la doctrine de la foi et qui est toujours en poste. Eclairages.

avec notre correspondant au Vatican, Eric Senanque

Elle s’appelle Doris Wagner. Elle est Allemande et aujourd’hui a 34 ans. Elle était membre d’une communauté religieuse, « L’œuvre », particulièrement stricte, où les livres par exemple étaient interdits.

Son témoignage, partagé la semaine passée lors d’un forum de « Voice of Faith », une organisation qui milite pour que les femmes aient plus de place dans l’Eglise est accablant. Elle a raconté avoir d’abord été violée il y a dix ans par un des supérieurs de sa communauté. Un traumatisme qu’elle garde secret. Peu de temps plus tard, un prêtre, qui a demandé à être son confesseur lui fait des avances, tentant de l’embrasser de force. Et Doris Wagner balance une petite bombe : ce prêtre est toujours en poste aujourd’hui, il a même un rôle important puisqu'il est chef de bureau à la Congrégation pour la doctrine de la foi, la « gardienne du dogme ».

Une congrégation chargée de traiter les dossiers de pédophilie et d’abus sexuels commis par le clergé dans l’Eglise…

Le comble c’est que Doris Wagner, deux ans après avoir quitté la vie religieuse, avait dénoncé deux prêtres (en 2012) devant cette congrégation qui est chargée des procédures judiciaires canoniques dans les cas d’abus sexuels dans l’Eglise. En 2014, la Congrégation a mené sa propre enquête interne et a assuré à Doris Wagner que son agresseur n’avait reçu qu’une « admonestation », un avertissement et poursuivait donc son travail sans avoir été aucunement inquiété.

Il a, selon un courrier de la Congrégation pour la doctrine de la foi transmis à l’avocate de Doris Wagner, « été enjoint d’être vigilant et prudent à l’avenir ». Le prêtre en question aurait par ailleurs « demandé pardon », mais l’ancienne religieuse allemande affirme n’avoir jamais reçu la moindre lettre d’excuse.

Ce n’est pas la première fois que la Congrégation pour la Doctrine de la foi est montrée du doigt…

On se souvient que cette même congrégation avait été accusée l’an dernier par des membres de la Commission pontificale de protection des mineurs de mauvaise volonté. L’an dernier, Marie Collins, ancienne victime d’un prêtre pédophile avait claqué la porte de cette commission, en dénonçant le manque de coopération de la congrégation pour la doctrine de la foi, qui n’a pas mis en place le tribunal chargé de juger les évêques négligents : sa création avait pourtant été approuvée par le pape lui-même.

Un nouveau coup dur pour le Pape François qui prône pourtant une « tolérance zéro » pour combattre la pédophilie et les abus sexuels dans l’Eglise…

L'année 2018 aurait été éprouvante pour le pape argentin : elle a commencé on se souvient avec l’affaire Karadima au Chili et la découverte d’une véritable « épidémie » de cas d’abus qui visent l’Eglise locale.

Doris Wagner a mis la lumière sur le chemin qui reste à faire pour éradiquer les abus. Avec cette affaire, on constate qu’au sein même de la Curie l’impunité est de mise sur ces dossiers scandaleux. Il faut pourtant faire le ménage : fin février se tiendra un sommet très important au Vatican où tous les responsables des conférences épiscopales du monde sont attendus pour travailler sur la question des abus. L’un des organisateurs de cette rencontre, l’archevêque de Chicago a prévenu : il faudra déboucher sur des résultats concrets et que ce soit le début d’une vraie réforme mondiale dans l’Eglise. A condition de commencer par son sommet.

Allemagne: Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, figures politiques emblématiques

Italie: le mouvement Cinq étoiles rêve de s'allier avec les «gilets jaunes»

Il y a 40 ans, «Holocauste»: une famille juive persécutée par les nazis sur les écrans

Portugal: Machado, leader d’extrême-droite convié par des médias, fait polémique

Royaume-Uni: le soutien aux femmes mariées de force à l’étranger en question